L’activité manufacturière a de nouveau accéléré en juin, à un rythme plus fort que prévu, selon un indice officiel publié ce vendredi 30 mai. Il s’agit du 11ème mois consécutif d’expansion de l’activité manufacturière dans le pays.

L’indice des directeurs d’achat (PMI), publié par le Bureau d’Etat des statistiques (BES), s’est établi en juin à 51,7, après avoir atteint 51,2 en mai et avril, contre 51 estimé par les experts interrogés par Bloomberg.

Le PMI est un baromètre annonciateur de la conjoncture à venir, très suivi par les marchés, car l’industrie manufacturière reste un secteur crucial en Chine. Un chiffre supérieur à 50 marque une expansion, et inférieur à 50, une contraction.

L’annonce du PMI pour juin intervient alors que le gouvernement a commencé à resserrer sa politique monétaire, exerçant une pression sur le coût du crédit, et va s’attaquer à la « finance de l’ombre » non régulée. Ces mesures, et d’autres, risquent d’asphyxier certaines sources de financements de l’économie.

En dépit du sursaut de l’économique au début de l’année 2017, dopé par la dépense publique et la dette, la croissance pourrait ralentir au 2nd semestre. La croissance s’était effondré à 6,7% en 2016, mais elle a accéléré à 6,9% au premier trimestre, portée par un boom des investissements dans l’immobilier et les infrastructures.

« Cette résistance actuelle de la croissance s’avérera temporaire« , a estimé Julian Evans-Pritchard, du cabinet Capital Economics, qui a indiqué qu’avec « les mesures monétaires restrictives qui pèsent sur la croissance du crédit, il sera difficile d’éviter un nouveau ralentissement de la croissance au courant de l’année. »

Les chiffres de juin sont principalement dus à « la progression de la production et des nouvelles commandes, qui masquent une reprise déséquilibrée selon les secteurs« , selon une note de la banque ANZ, qui ajoute que « même avec un PMI en juin plus élevé que prévu, une modération de la croissance du PIB au second semestre est inévitable« .