Fleuve Yangtsé des Trois Gorges

La construction d’un barrage géant à Lianghekou, dans la province du Sichuan, monopolise trois rivières, pour atteindre d’ici 2023, 295 mètres, soit le 3ème barrage du monde par la hauteur, avec une puissance de 3 000 mégawatts.

Censé lutter contre le réchauffement climatique, ce chantier tourne au cauchemar pour les résidents en amont, car l’édifice détruit des maisons, monastères bouddhistes, terres fertiles et des montagnes sacrées.

Le but est de réduire la dépendance au charbon en développant l’hydroélectricité. Alors qu’en 1949, le pays n’avait que 2 barrages, il abrite désormais 22 000, soit près de la moitié de ceux qui existent dans le monde.

Mais ces construction ont un impact négatif sur les population, particulièrement les tibétains, pour qui les montagnes et les rivières sont sacrées dans le bouddhisme tibétain. Le chantier de Lianghekou débuté en 2014 sur le Yalong, un affluent du Yangtsé, inquiète les habitants, qui craignent que leur vie ne sera pas tranquille si la nature n’est pas protégée.

Plusieurs personnes n’osent pas ramasser un caillou de la montagne Palshab Drakar, important site de pèlerinage, a indiqué une villageoise à l’AFP. A cela s’ajoute la menace d’expropriation.

Barrage des Trois Gorges

Lors de la construction du barrage des Trois Gorges, près d’un million de personnes vivant le long du Yangtsé ont été déplacés pour faire place au barrage. Lancé en 1993, le barrage a atteint sa pleine puissance en 2012. Cependant, les milliers d’habitants déplacés n’ont pas pu se réadapter et vivent toujours dans la pauvreté.

Environ 80% du potentiel hydroélectrique chinois est situé sur le plateau tibétain, mais les habitants en bénéficient peu car l’électricité est essentiellement acheminée vers les grandes villes de l’est de la Chine, régulièrement frappées par la pollution atmosphérique, d’après l’association écologiste américaine International Rivers.

Selon un site internet lié à l’Etat et spécialisé dans l’énergie, 6 000 personnes seront déplacées par le barrage, et 5 ont été ou seront reconstruits, sans réel importance spirituelle.

De plus, les conséquences environnementales et sanitaires de ces barrages pourraient être désastreuses pour les populations. D’après Fan Xiao, du Bureau des ressources minérales du Sichuan, les lacs de retenue de la province émettent des quantités de gaz à effet de serre : méthane et dioxyde de carbone.

Le Sichuan, principal zone d’investissement en hydroélectricité, est un foyer d’activité sismique, ce qui pourrait endommager les barrages et les centrales. La pression exercée par l’eau des réservoirs peut provoquer des séismes, qui entraîneront des ruptures de barrages pouvant faire des milliers de morts.