Le gouvernement a exprimé sa « farouche opposition » aux propos « irresponsables » du secrétaire américain à la Défense Jim Mattis, qui a dénoncé la « militarisation » de la mer de Chine méridionale et le « mépris » de la Chine « pour le droit international ».

Dans le but de rassurer ses alliés asiatiques, le secrétaire américain a dénoncé les revendications de la Chine sur la mer de Chine du sud, une région également disputée par d’autres pays comme Taïwan, les Philippines, la Malaisie, et  le Vietnam.

Le secrétaire américain à la Défense s’en prend à la Chine

Le chef du Pentagone a dénoncé le « mépris » de la Chine pour ses voisins, « son dédain du droit international » via son programme de « militarisation » de la région. Pour Hua Chunying, porte-parole de la diplomatie chinoise, ces propos sont « irresponsables« . Elle a accusé « certains pays étrangers à la région » d' »observations erronées motivées par des arrière-pensées ».

« La Chine jouit d’une souveraineté irréfutable » sur les îles Spratleys et « les eaux environnantes« , a-t-elle expliqué, ajoutant que le pays « respecte et préserve la liberté de navigation et de survol pour tous les pays » dans la région, mais « s’oppose farouchement aux démonstrations de force d’un certain pays en mer de Chine méridionale sous prétexte » de tester cette liberté, ce qui « menace la souveraineté et la sécurité chinoises ».

Les autorités chinoises avaient vivement dénoncé fin mai le passage d’un navire militaire américain près du récif Mischief, un îlot revendiqué par la Chine dans les Spratleys.

Washington mit en cause en mer de Chine

De son côté, le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a indiqué, lors d’une visite à Sydney, que « les Etats-Unis et l’Australie ont réaffirmé leur engagement (envers le principe) de la liberté de navigation et de survol et des autres usages légaux de la mer, en particulier en mer de Chine méridionale et ailleurs, pour assurer le flux sans entraves des échanges commerciaux aux termes d’un ordre fondé sur le droit ».

Ce dernier a rappelé que « nous sommes opposés à la construction par la Chine d’îles artificielles et à leur militarisation dans les eaux internationales ». La Chine est elle, « fermement déterminée à sauvegarder sa souveraineté territoriale et ses droits maritimes« , a indiqué Hua Chunying, ajoutant que les activités de patrouille et d’application de la loi se poursuivraient.