La Chine envisage de porter les effectifs de son infanterie de marine de 20 000 à 100 000 militaires pour défendre ses intérêts stratégiques.

D’après le South China Morning Post, se référant à des sources militaires et à des experts proches du dossier, une partie du contingent sera déployée dans les ports chinois de Djibouti, pays de la Corne de l’Afrique, et à Gwadar, ville située dans le sud-ouest du Pakistan.

Cette annonce arrive après la déclaration de Wang Weiming, chef d’état-major adjoint de la marine, indiquant la mise en place d’une unité d’élite de la marine équipé de destroyers et de frégates supplémentaires. Cette unité aura pour mission de multiplier les patrouilles maritimes et aériennes.

Wang Huayong, commissaire politique adjoint du Commandement du Théâtre d’opérations de l’Est, a assuré que « toutes nos forces sont destinées à la défense », ajoutant que « la marine chinoise ne cherche pas à être un tyran ni ne tente de mettre en place une force disproportionnée et au-dessus du niveau compatible avec le développement du pays. En fait, l’armée traîne derrière la puissance et le statut actuels de la Chine ».

Cependant, d’après des sources militaires citées par le SCMP, deux brigades de troupes opérant font déjà partie de la marine, doublant ses effectifs de 20 000 personnes.

« Les effectifs de la marine de l’armée populaire de libération de la République populaire de Chine seront portés à 100 000 personnes et composés de six brigades » note le quotidien hongkongais.

Ainsi, les effectifs des forces navales augmenteront également de 15%, le nombre actuel de militaires de la marine étant estimé à 235 000 personnes. Pour l’analyste militaire Vladimir Evsseïev, « dans la région Asie-Pacifique, la Chine veut être un État comparable aux États-Unis en matière de potentiel militaire. C’est justement pour cette raison qu’elle a besoin de 100 000 soldats d’infanterie de marine« .

Certains experts cités par Sputnik News estiment que « le but principal de la mission est d’envisager un possible conflit armé avec Taïwan, ainsi que d’assurer la défense navale dans les mers de Chine orientale et du Sud de la Chine. Parmi d’autres objectifs figurent aussi la protection des intérêts de sécurité de la Chine à l’étranger, notamment dans la péninsule coréenne, et des voies maritimes vitales ».

Wang Weiming a récemment expliqué l’objectif est d’intercepter « tous les avions intrus et suivrons chaque navire militaire dans les zones relevant de notre responsabilité », pour cela, « nos marins doivent rester vigilants et être capables de traiter les urgences à tout moment ».

Enfin, interrogé par CCTV, le député Li Yanming, également commissaire politique du département de l’armement de la Marine, « une marine de première classe devait être équipée d’armes de première classe », promettant « de meilleures quantité, qualité, portée et fonctionnalité de l’armement naval en 2017″.