Beijing a décidé en septembre dernier de légiférer sur la production de véhicules électriques ou hybrides, celle devra représenter 8% des ventes des constructeurs automobiles d’ici 2018, 10% en 2019 et 12% en 2020.

Une aubaine pour certains constructeurs, dont l’allemand Daimler et son partenaire chinois BAIC Motor Corporation, qui ont annoncé leur intention de moderniser l’usine Mercedes-Benz de Beijing, afin de produire des véhicules électriques.

Un protocole d’accord a été signé au cours d’une cérémonie organisée à Berlin en présence de la chancelière allemande Angela Merkel et du Premier ministre chinois Li Keqiang, selon l’agence de presse britannique, Reuters. Ce document stipule que l’usine Beijing Benz Automotive (BBAC) sera ré-équipée afin de construire des véhicules propres comme les hybrides ou les électriques purs appelés NEV (New Energy Vehicles ou nouveaux véhicules énergétiques).

En tête des ventes en 2016, BYD Tang propose 80 km d’autonomie électrique

« La Chine est déjà aujourd’hui le plus grand marché mondial des NEV et Daimler s’est engagé à contribuer au développement de la mobilité électrique dans ce pays« , a indiqué à Reuters, Hubertus Troska, responsable de la Chine chez Daimler.

Raison pour laquelle l’allemand tient à prendre une participation minoritaire d’ampleur et de valeur non divulguées dans Beijing Electric Vehicle (BJEV), filiale du groupe BAIC créée en 2009 comme  plateforme de développement des NEV.

De son côté, Volkswagen doit signer avecAnhui Jianghuai Automobile, un contrat portant sur la recherche, le développement et la production de voitures électriques en Chine.

D’après la chancelière allemande et le Premier ministre chinois, Beijing devrait assouplir sa position sur les quotas de véhicules électriques, afin de faciliter la commercialisation. Toutefois, les NEV ont représenté seulement 1,8% des ventes l’an dernier, selon les calculs de Reuters sur la