Les étrangers vivant à Beijing sont au centre d’un nouveau système de récompense pour les citoyens pouvant dénoncer des activités d’espionnage.

Les informateurs peuvent téléphoner, envoyer des courrier ou mails, ou encore se déplacer en personne dans les commissariats, pour empocher jusqu’à 500 000 yuans (68’000 euros) si la dénonciation est utile.

« Les citoyens jouent un rôle important dans les enquêtes pour espionnage« , a souligné la police de la capitale dans une note, précisant que les délateurs peuvent choisir de rester anonymes et/où obtenir une protection policière pour eux et leurs proches. A contrario, les auteurs de fausses informations seront punis, a avertit la police.

Le quotidien Beijing Morning Post, cité par Reuters, souhaite que la « mobilisation des masses » permette de mettre en place « une Grande muraille anti-espions en acier trempé ».

Selon le dernier recensement, la Chine abrite près de 600 000 étrangers en 2010.