Select Page

Guerre « inévitable » entre la Chine et les Etats-Unis

Guerre « inévitable » entre la Chine et les Etats-Unis

Depuis l’intronisation de Donald Trump à la Maison Blanche, plusieurs membres de son administration ont souligné la possibilité, voir même inéluctabilité – d’une guerre avec la Chine. Plusieurs analystes abondent alors que Beijing tente l’apaisement.

Jonathan Holslag, spécialiste du continent asiatique, interrogé par le site belge 7sur7, a expliqué qu’il existe « un duel géopolitique dans l’Océan Pacifique. Chaque mouvement militaire chinois dans la région est perçu comme une menace par les États-Unis, et vice versa ».

Pour ce professeur en relations internationales à la VUB et spécialiste du continent asiatique, la confrontation entre Washington et Beijing vient de la volonté du premier de rester numéro un et pour le second de le devenir.

Voilà l’une des raisons expliquant que « la guerre avec la Chine est inévitable », mais Jonathan Holslag souligne que ni l’un, ni l’autre ne sont prêts à mener cette guerre aujourd’hui. Steve Bannon, proche conseiller de Donald Trump, a au la même déclaration à The Independent : « nous allons entrer en guerre avec la Chine dans les cinq à dix prochaines années ».

 « Cependant, la méfiance reste énorme. Certains incidents significatifs suffisent pour déclencher une escalade », a indiqué ce dernier. Toutefois, les récentes prises de positions de Donald Trump laisse le champ libre à la Chine, dans le domaine du climat et de la mondialisation.

La confrontation est principalement économique et géopolitique avec le dossier nord-coréen. En Effet, le président américain réduire le déficit commercial des États-Unis avec la Chine, soit près de 350 milliards de dollars (329 mds €) en 2016.

La Maison-Blanche a indiqué vouloir « réduire les barrières à l’investissement et aux échanges créées par les chinois ». Donald Trump a évoqué une taxation de 45% des produits chinois arrivant sur le sol américaine. Toutefois, Beijing impose de son côté des droits de douane de 25% sur les importations de voitures, limite les importations de nombreux produits agricoles dont le bœuf et le porc et ferme l’essentiel du secteur des services aux investissements étrangers.

About The Author

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez-Nous

Newsletter

PARTENAIRES