Select Page

Les journalistes chinois malvenus en Inde

Les journalistes chinois malvenus en Inde

Les autorités indiennes viennent de refuser à trois journalistes de l’agence de presse, Xinhua, la prolongation de leurs visas.

Wu Qiang, chef du bureau de Xinhua à Delhi, Tang Lu, correspondant en chef au bureau de Mumbai et She Yonggang ont jusqu’au 31 juillet pour quitter l’Inde. Le gouvernement indien a indiqué que l’agence Xinhua « peut les remplacer par d’autres », assurant qu’il n’y a aucune raison pour que l’agence d’information chinoise quitte l’Inde.

La presse officielle chinoise a qualifié cette décision de « mesquine », tandis qu’un responsable indien a expliqué que ces journalistes avaient « suscité de façon négative l’attention des services de sécurité ». « Ils se livraient à des activités non compatibles avec leur statut de journaliste », précisent cette source anonyme.

D’après le Hindustantimes,  les trois journalistes se sont rendus au Bangalore et y ont rencontré des militants tibétains en exil, sans autorisation du ministère de l’Intérieur et sous couvert d’une fausse identité.

« Les journalistes n’ont pas obtenu le PAP (permis de visite d’une zone protégée) pour visiter les camps mais leur véritable identité a été découverte quand ils se sont rendus sur place« , a dit un responsable indien au quotidien.

Le siège politique des tibétains en exil est installés à Dharamsala (nord), où ils sont quelque 40’000 personnes vivent, dont le Dalaï-lama, et dans des camps interdits aux étrangers, comme dans le Karnataka.

 De son côté, le Global Times a indiqué que « ce n’est pas une bonne chose », le refus de l’Inde de prolonger les visas. Le journal assure que cette décision va avoir « inévitablement un impact négatif » sur les relations entre les médias des deux pays.

Le quotidien conservateur a déploré l’attitude des autorités, car l’obtention de visa devient de plus en plus complexe pour les chinois souhaitant aller en Inde, alors qu’il « est beaucoup plus facile pour les Indiens d’obtenir un visa pour la Chine ».

About The Author

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez-Nous

Newsletter

PARTENAIRES