De retour de Chine, le ministre de l’industrie et du développement Chabani Nourdine a rencontré plusieurs investisseurs chinois, dont le PDG de Complants, le groupe chinois gérant la SUCOMA de Morondava.

Pour rappel cette sucrerie a dû fermer après des manifestations des employés souhaitant des contrats de travail en bonne et dû forme et des hausses de salaires. Ces mobilisations ont mit en évidence le mécontentement des malgaches vis-à-vis des entrepreneurs chinois.

« Les dirigeants de Complant affichent une détermination à reprendre les activités de SUCOMA et le ministère est également déterminé à appuyer cette relance« , a indiqué le ministre Chabani Nourdine devant la presse.

En mai 2014, des négociations entre les gérants chinois de l’usine et le personnel malgache ont débuté pour une hausse des salaires et des contrats de travail. Les échanges n’ont pas abouti, car 7 mois plus tard, des affrontements éclatent. L’arrestation de deux meneurs du mouvement a dégénéré la situation et entraîné des manifestations anti-chinois. Trois ans plus tard, les revendications initiales des employés n’ont elles pas été assouvis, car l’usine a fermé après les échauffourées.

Le ministre Chabani Nourdine a lancé un appel à la population à ne plus procéder à la destruction de biens économiques. D’ailleurs, en décembre 2014, un porte-parole de Sucoma, Zhou Jianping, avait indiqué que « si le gouvernement peut nous fournir un environnement d’investissement durable et paisible, alors on va réfléchir pour la réhabilitation« , ajoutant « on va réclamer une indemnisation » de 80 millions d’euros.

Le gouvernement malgache n’a jamais donné suite à cette demande. Toutefois, le ministre Chabani Nourdine, « la responsabilité doit être partagée entre les employés, la population, les autorités locales, les élus locaux, les directions régionales et le gouvernement ».

D’ailleurs, le gouvernement s’est engagé à mettre en place « un soutien significatif de la part de l’Etat malgache dans l’assurance de la sécurité de l’usine et des ressortissants chinois qui y travaillent« .

« Aussi, j’incite encore une fois, le civisme et la coopération des employés de Sucoma et de la population dans le redressement de l’usine en abandonnant les mauvaises manières de tout détruire en cas de conflits d’intérêt. Il est très difficile et coûteux de tout reconstruire« , a souligné le ministre.