Le mariage pour tous légalisé en République de Chine. Cette décision historique du Conseil Constitutionnel fait de l’île, le premier pays asiatique à légaliser les unions entre personnes du même sexe.

La Cour constitutionnelle a estimé que la disposition du code civil affirmant qu’un contrat de mariage ne pouvait être conclu qu’entre un homme et une femme « violait » les principes mêmes de la Constitution garantissant la liberté de mariage et l’égalité entre les citoyens.

Le gouvernement a désormais deux ans pour mettre en œuvre cette décision, auquel cas, les couples du même sexe pourront tout de même conclure un mariage, par interprétation de l’arrêt constitutionnel. Ainsi, ce dernier précise que « les dispositions actuelles au chapitre du mariage ne permettent pas à deux personnes du même sexe de conclure une union permanente d’une nature intime et exclusive avec pour but de gérer leur vie ensemble. Cela constitue une lacune législative flagrante ».

Parmi les 14 membres de la Cour, « 7 juristes, la plupart des libéraux, étaient favorables à cette interprétation, et ont été rejoints par plusieurs des magistrats composant également la Cour, le tout formant une majorité des deux tiers nécessaire pour rendre ce jugement », a expliqué le quotidien Liberty Times.

Ce changement de situation découle du refus de la mairie de Taipei de marier un couple homosexuel, estimant que le mariage unit nécessairement un homme et une femme. Le couple avait alors porté plainte, suscitant de vives réactions et la question posée à la Cour Constitutionnelle.

Interrogé par le quotidien La Croix, Mark Wu, 40 ans, éditeur et militant engagé en faveur du mariage gay, « la pression de la société est si forte que le parlement va très très vite légiférer ». Selon lui, « stigmatisé par Pékin, Taïwan a une volonté de s’affirmer comme un État à part, unique, avec une société jeune, libre et ouverte dans un contexte démocratique très fort ». Raison pour laquelle, l’île est en avant-garde sur le sujet et sur d’autres dans le domaine des Droits de l’Homme.

Pour Mark Wu, « la nouvelle présidente progressiste Tsai Ing-wen, catholique mais peu pratiquante, élue en mai 2016, s’est toujours prononcée en faveur du mariage gay. En dépit des conservatismes qui subsistent à Taïwan, elle a insufflé à la cause homosexuelle une énergie déterminante ».

Le mariage gay en plein examen dans une société divisée

En effet, une alliance des groupes religieux de Taïwan pour la protection de la famille s’était formée en 2013, lorsque le débat a tourné en faveur des défenseur du mariage pour tous. Cette alliance regroupe catholiques (1,4%), protestants (4,1%), bouddhistes, et taoïstes, avec comme porte-parole David Tseng, qui avait déclaré à l’agence des Missions étrangères de Paris que « dans les cultures orientales une grande importance est donnée à la piété filiale, le respect à son père et à sa mère. C’est là une vertu que nous devons préserver ».