Le président philippin Rodrigo Duterte a annoncé ce jeudi 6 avril avoir ordonné à ses militaires de se déployer sur certains îlots de l’archipel des Spratleys et revendiqués par Manille en mer de Chine méridionale, pouvant provoquer la colère de Beijing.

« Il semble que tout le monde aille se servir sur les îles là-bas, alors nous ferions mieux d’aller habiter sur celles qui restent vacantes », a déclaré le chef de l’Etat aux journalistes lors de la visite d’une base militaire sur l’île de Palawan, dans l’ouest de l’archipel.

Carte avec les 9 lignes revendiquées par la Chine

« J’ai ordonné aux forces armées de les occuper tous », a déclaré Rodrigo Duterte. « Construisez-y des infrastructures et hissez le drapeau philippin« , a-t-il poursuivi.

Il a indiqué que Manille revendiquait « neuf ou 10 » îles, récifs ou cayes des Spratleys, sur lesquels « nous devons fortifier. Je dois construire un bunker là-bas ou des maisons, et faire des dispositions pour l’habitation ». Son discours rompt avec l’attitude conciliante vis-à-vis de Beijing, depuis son arrivée au pouvoir l’été dernier.

La Chine revendique la quasi totalité de la mer de Chine méridionale, sur la base de « neuf pointillés » apparue sur des cartes chinoises datant des années 1940. Depuis quelques années, Beijing réalise d’importants travaux de construction et de remblaiement, tout en assurant avoir des intentions pacifiques vis-à-vis de ces voisins. Ces derniers, dont les membres de l’ASEAN, s’inquiètent de ces construction et de la militarisation de la région par la Chine.

« Au moins, allons récupérer maintenant ce qui nous appartient, et faisons savoir clairement que c’est à nous », a-t-il poursuivi. Il a affirmé qu’il pourrait se rendre dans l’île de Pag-asa, zone disputée le 12 juin, jour de l’indépendance philippine, pour y planter un drapeau.

Retour en arrière :

Les Philippines prêtes à partager la mer de Chine