A l’occasion d’une représentation à l’Université Félix-Houphouët-Boigny, plus de 500 spectateurs ont assisté à un spectacle d’art martial, co-organisée par l’Association de la Mante ivoirienne et l’Institut Confucius d’Abidjan.

La chargée d’affaire de l’ambassade de Chine, Qian Lixia a présenté les arts martiaux chinois lors de son allocution d’ouverture. La mante est appelée tanglang quan (螳螂拳 : tánglángquán) ou « boxe de la mante religieuse » désignant l’ensemble des styles d’imitation animalière de la Mante religieuse dans les arts martiaux. Ce style aurait été créé par Wang Lang (王朗), durant la dynastie Song (Xème – XIIIème siècle) ou à la fin de la dynastie Ming (XIVème – XVIIème siècle), dans le Shandong.

chargee-daffaire-de-lambassade-de-chine-qian-lixia-cote-divoire

La chargée d’affaire de l’ambassade de Chine, Qian Lixia a présenté les arts martiaux chinois.

De son côté, le directeur de l’Institut Confucius, Liu Yunsheng a réalisé une démonstration lors de l’évènements de calligraphie sous le thème de « l’esprit des arts martiaux ». Il a également expliqué la tradition chinoise à travers la calligraphie :

« Il y a plus de 7’000 ans, les chinois ont commencé à communiquer à travers des signes en forme de nœuds de paille, appelé aujourd’hui ‘noter aux nœuds’ d’où il est né l’expression du yin et du yang. Le nœud rouge souvent suspendu lors des fêtes traditionnelles symbolise le bonheur sous la protection des ancêtres. Ces nœuds rouges servent à chasser tout méchant transformé en un monstre, appelé ‘an’. Aujourd’hui, il n’est pas difficile de distinguer, dans les films par exemple, en arrière plan du trône de l’empereur, des décorations faites d’œuvres calligraphiques pour exprimer la grâce des ancêtres humains ».

liu-yunsheng-calligraphie

Wu De écrit par le directeur de l’Institut Confucius

Liu Yunsheng a expliqué que « la calligraphie chinoise, n’est pas seulement un art esthétique mais surtout philosophique. Elle exprime le yin et le yang et son équilibre. Elle est une force de la paix légendaire … « .

Ce dernier a indiqué que « comme les Ivoiriens, les chinois considèrent que la Terre avait la forme carrée. Les écritures prennent alors l’esprit de la terre : portante et inclusive. Elle annonce le jour, elle déclare la paix ».

Sa calligraphie était composée de 2 caractères : le « wu » qui signifie « arts martiaux » ; et le « de », signifiant vertus en général, esprit portant et inclusive en particulier. Son œuvre indique que les arts martiaux renforcent la paix de l’esprit ».

Pour leur part, les étudiants de l’institut ont présenté une célèbre chanson de Wushu en chinois, accompagné des mouvements de Wushu de manière « impeccable et experte », a expliqué Liu Yunsheng. A la fin de la représentation, le président de l’Associations Mante ivoirienne, Kone Mamadou, et la Chargée d’affaire de l’Ambassade de Chine, Qian Lixia, ont décoré le directeur de l’Institut Confucius, Liu Yunsheng, pour sa contribution au développement des arts martiaux en Côte d’Ivoire.