Le gouvernement vient de publier un Plan sur le développement de la jeunesse à moyen et long terme (2016-2025) visant à améliorer l’éducation, l’emploi et le système de santé des jeunes, âgés de 14 à 35 ans.

Alors que l’économie ralentit et les mouvements sociaux s’intensifient, les jeunes diplômés ont de plus en plus de mal à trouver un emploi. Dans une ville comme Shanghai, la ville la plus riche du pays, seul 44% des diplômés travaillent.

De fait, l’ascenseur social est en train de dérailler après avoir bien fonctionné pendant une vingtaine d’année, principalement pour la classe moyenne émergente.

Face à la contestation galopante, le gouvernement a décidé de publier un plan de développement, dans le but de mettre en place « un système politique et un mécanisme de travail pour le développement de la jeunesse d’ici 2020 et l’amélioration du système d’ici 2025« .

Le gouvernement souhaite que les jeunes aient une scolarité de 13,5 années en moyenne pour la population active, et un taux brut de scolarisation dans l’enseignement supérieur de plus de 50% d’ici dix ans.

La politique éducative peine à se mettre en place

Selon le plan, 90% des jeunes doivent atteindre les normes physiques. En effet, l’obésité touche de plus en plus d’adolescents et jeunes adultes. Ainsi, environ 17% des garçons et 9% de filles étaient obèses en 2014. Il est également prévu d’améliorer l’accès aux soins mentaux et physiques.

Les raisons de l’obésité infantile rurale par China Comment

« La jeunesse est l’avenir du pays et l’espoir de la Chine« , note le plan, qui tient à politiser la jeunesse. Ainsi, les gouvernement devront mettre en place des « campagnes éducatives visant différents groupes d’âge au sein de la jeunesse, afin de défendre le patriotisme et le socialisme à la chinoise ».

L’objectif est de faire du « rêve chinois, un objectif commun partagé par les jeunes », d’après le plan. Dans ce but, le pouvoir central va affecter des budgets dans les régions moins développées de l’ouest du pays.