Le porte-avions Liaoning est arrivé vendredi 7 juillet pour la première fois dans le port de Hong Kong, moins d’une semaine après la visite du président Xi Jinping dans l’ancienne colonie britannique, pour le 20ème anniversaire de la rétrocession.

Le bâtiment de 305 mètres de long et de 50 000 tonnes est là pour « une mission d’entraînement de routine« , prévenu auparavant le ministère chinois de la Défense.

Xi Jinping arrive à Hong Kong

Wu Qian, porte-parole du ministère avait indiqué que cette escale s’inscrivait aussi dans les commémorations du 20ème anniversaire de l’entrée de l’Armée populaire de libération (APL) à Hong Kong lors de sa rétrocession.

Lors des célébrations, Xi Jinping avait mis en garde contre la mouvance pro-démocratie et contre toute atteinte « inadmissible » à l’autorité de Beijing. Cet avertissement est adressé à la jeune génération de militants, qui demandent l’autodétermination voire l’indépendance du territoire. Or pour Xi Jinping, toute atteinte à la souveraineté chinoise à Hong Kong revenait à franchir « la ligne rouge ».

L’arrivée du Liaoning a suscité la curiosité des Hongkongais qui se sont amassé aux abords du port pour obtenir des billets d’entrée dans le bâtiment auprès de la garnison de l’APL.

Mais ils ne seront pas autorisés à prendre des photos lors de la visite à bord du porte-avions. De plus, les autorités ont diffusé une interdiction temporaire de survol temporaire de la zone où le Liaoning sera à l’ancre, près du pont Tsing Ma.