Une fusée porteuse Longue Marche 4B a décollé du Centre de lancement de satellites de Jiuquan avec à son bord le premier télescope spatial à rayons X qui devra observer les trous noirs, les pulsars et les sursauts gamma.

Ce télescope d’observation des rayons X durs (Hard X-ray Modulation Telescope, HXMT) de 2,5 tonnes, baptisé « Insight« , a été placé en orbite à 550 km au-dessus de la Terre. Il permettra aux scientifiques de mieux comprendre l’évolution des trous noirs, leurs forts champs magnétiques ainsi que l’intérieur des pulsars.

Détecter les pulsars et les trous noirs

Un pulsar est une étoile à neutrons qui émet un rayonnement électromagnétique intense dans une direction donnée, comme un phare, tandis que le trou noir est un objet céleste avec une forte force de gravité, empêchant la lumière de s’en échapper.

Le télescope Insight pourra repérer l’activité de ces trous noirs, généralement indétectables, en scannant la Voie lactée à la recherche de corps célestes émettant des rayons X.

Le télescope donnera également des indications aux scientifiques, désireux de savoir comment utiliser les pulsars pour la navigation de vaisseaux spatiaux et rechercher des sursauts gamma liés aux ondes gravitationnelles.

Insight est considéré comme un petit observatoire dans l’espace, car il transporte trois détecteurs : le télescope à rayons X de haute énergie (high energy, HE), le rayon d’énergie moyenne (medium energy, ME) et le rayon de basse énergie (low energy, LE), couvrant une large bande d’énergie de 1 keV à 250 keV.

Basé sur la technique de démodulation premièrement proposée par Li Tipei, membre de l’Académie des sciences de Chine (ASC) en 1993, le rayon X de haute énergie a une zone totale de détection de plus de 5 000 cm², la plus large du monde en matière de bande d’énergie.

Une réelle innovation pour l’Empire du milieu

Le télescope Insight permettra surtout à la Chine de promouvoir le développement de l’astronomie spatiale et d’améliorer les technologies chinoises en matière de détection des rayons X dans l’espace.

Les études menées par Insight pourraient « apporter de nouvelles percées dans le domaine de la physique« , selon Zhang Shuangnan, scientifique à la tête de l’équipe du HXMT.

Le gouvernement a investit des milliards d’euros dans ses programmes spatiaux pour tenter de rattraper l’Europe et les Etats-Unis. En avril, un premier vaisseau cargo a été lancé vers son laboratoire spatial, structure cruciale pour la mise en place d’une station spatiale habitée à l’horizon 2022.

Dans cet optique, un « Palais lunaire« , laboratoire terrestre clos simulant l’environnement de la Lune, a été ouvert, dans lequel des étudiants vont se relayer durant 365 jours, afin de tester le corps humain à la vie sur la Lune.