Ecrit par Liu Yunsheng – La calligraphie chinoise est un art philosophique à l’origine du premier livre sans écriture, le Yijing, appelé également « Le livre de mutation« , composé des signes yin et yang, datant de plus de 7000 ans.

Elle a une fonction de noter toute histoire, une autre fonction de la pratique mental, ainsi qu’une fonction de l’entrainement physique. L’écriture se fait au pinceau à l’encre sur un papier fabriqué en manière du riz à la force du mouvement lombaire pour utiliser l’énergie intérieur du calligraphe, tout en réguler la respiration.

Wu De écrit par Liu Yunsheng

Le papier privilégié pour la calligraphie se caractérise par le fait d’étendre l’encre en  tache d’huile, il exige une utilisation de l’encre à bon escient. Cette conscience de s’arrêter où il faut fait partie d’une sagesse de la vie.

Pour écrire, il faut comprendre la structure des écritures chinoises souvent en forme figurative et en caractère carré. Une cohérence structurelle des traits de chaque caractère et une balance de son espace blanc et noir expriment la qualité mentale de son auteur. La recherche à la cohésion entre les traits du caractère renforce enfin la valeur vivante de l’œuvre.

Pour fermer le travail d’écrire, une œuvre de calligraphie doit être validée par deux cachets composés du yin (gravé en creux) et du yang (en reliefs). Certainement le creux en bas et le relief en haut de la signature, afin de retrouver une cohésion entre le ciel et la terre, qui symbolisent le yin et le yang afin de faire de son œuvre le privilège d’un esprit vivant à la raison.

La calligraphie chinoise apparaît comme un art vivant qui assume à la protection, pour laquelle les chinois s’affichent d’écritures couplées à la porte de chaque maison au nouveau l’an. Les chinois d’aujourd’hui, s’habituent à afficher, à l’instar des anciens empereurs de l’époque, une œuvre calligraphique derrière ses grands bureaux pour chercher une tranquillité et une protection. La calligraphie a en effet un service d’aura véhiculant des esprits philosophiques.

La calligraphie chinoise, un art à part entière