En raison du poids économique de l’empire du Milieu, le Fonds monétaire international pourrait voir son siège délocalisé en Chine d’ici 2027, selon l’agence de presse britannique, Reuters.

Ce changement pourrait survenir en raison du poids économique croissant de la Chine, et de son influence ainsi que celui d’autres pays émergents. Si leurs croissances continuent d’augmenter et que le système de vote du FMI évolue pour en tenir compte, l’organisation pourrait être basée ailleurs que dans la capitale américaine, a indiqué la directrice de l’institution, Christine Lagarde.

Cette dernière a expliué lors d’une conférence du Centre pour le développement mondial à Washington, que  « cela pourrait bien signifier, si on a cette même conversation dans 10 ans (..), qu’on pourrait dire cela, non plus à Washington DC, mais à notre nouveau siège de Pékin ».

Les statuts du FMI prévoient que le siège de l’organisation soit situé chez son Etat membre le plus puissant économiquement, soit les Etats-Unis depuis sa création en 1945.

Or les économistes pensent que la Chine, si elle maintient des taux de croissance de plus de 6%, dépassera les Etats-Unis en terme de Produit intérieur brut (PIB) au cours de la prochaine décennie pour devenir la 1ère économie mondiale en valeur nominale.

Quant aux réformes sur le système de quotas du Fonds, un réexamen est prévu en 2018. Cependant, cette délocalisation pourrait être bloquée par le droit de veto des Etats-Unis, pays qui abrite le siège de l’organisation depuis 1945, bien que les statuts prévoient que le siège du FMI se trouve sur le territoire de l’Etat membre économiquement le plus puissant.