Select Page

Le Tai Chi bientôt sur la liste de l’Unesco

Le Tai Chi bientôt sur la liste de l’Unesco

Art martial historique et traditionnel à base de mouvements du corps, le Tai Chi est le sujet d’une demande d’inscription au Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

Symbole de la culture chinois, , le Tai Chi est l’un des sport les plus populaires, car il mélange mouvements fluides et lents, respiration profonde et méditation. Pour Chen Zhenglei, maître de Tai Chi, a expliqué que « le Tai Chi représente la culture et la philosophie chinoises« .

« Cet art martial est une pratique qui imprime un équilibre au corps humain, entre le Yin et le Yang. En philosophie chinoise, le Yin et le Yang sont deux éléments qui forment l’univers, et chaque chose dans l’univers possède aussi son opposé. Le Yin et le Yang ont besoin d’être constamment gardés en équilibre« .

Pratiqué depuis des siècles, chaque mouvement correspond à un concept fondamental de la philosophie traditionnelle chinoise. Raison pour lesquelles, le gouvernement a enclenché une demande d’inscription depuis 2006, par le comté de Wenxian du Henan, année au cours de laquelle Beijing a rédigé sa première liste nationale du patrimoine immatériel.

« Pendant la dernière décennie, nous avons collecté des matériaux, rassemblé beaucoup de maîtres et d’experts pour discuter de la culture du tai-chi et tenter de restaurer l’histoire séculaire du tai-chi« , a expliqué Zheng Aizhen, président du comité de Wenxian de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC).

Les registres historiques montrent que le village de Chenjiagou dans le Henan serait le berceau du Tai Chi, d’où cette démarche. Mais le maître Chen Zhenglei s’inquiète car « pendant des décennies, Yan Shuangjun  œuvre pour l’inscription du Tai Chi sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Il craint que si la Chine ne réussit pas à faire inscrire cet art, d’autres pays ne fassent avancer leurs propres formes dérivées de cette discipline« .

Pour le maître de Taichin, « c’est un problème extrêmement sérieux. Si un autre pays met le Tai Chi sur la liste, alors personne ne croira plus que le Tai Chi a été inventé en Chine. Comment ferons nous pour regarder nos ancêtres en face? ».

D’autant que selon  Zhang Liyong, député à l’Assemblée nationale populaire, président de la haute cour populaire du Henan, « la Corée du Sud et le Japon essayaient de faire inscrire le Tai-chi. La Corée du Sud a déjà fait inscrire le Festival des bateaux-dragons comme lui appartenant, c’est pourquoi nous devons être vigilants« .

Même inquiétude et espoir pour Yan Shuangjun vice-président du comité Wenxian de la CCPPC : « nous espérons tous que le Tai Chi sera reconnu dans le monde, parce que nous pensons que cela va renforcer la confiance et la fierté des héritiers du Tai Chi et qu’ils pourront se consacrer totalement à sa protection ».

About The Author

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez-Nous

Newsletter

PARTENAIRES