Taipei 101 – Taïwan

Le magazine américain Global Finance a classé Taïwan à la 22ème place des pays les plus riches du monde en 2016, et possède une liberté économique considérable.

Ce classement porte sur 189 Etats et territoires, et prend en compte le produit intérieur brut (PIB) par habitant, exprimé en parité de pouvoir d’achat (PPA) et prenant en compte les prix à la consommation, les taux de change et l’inflation.

Selon ce classement, le PIB par habitant en PPA était à Taïwan de 47’790 dollars (44’922,6 €), soit plus qu’au Canada, en France, en Italie, au Japon, en Corée du Sud ou au Royaume-Uni.

Le mois dernier, la République de Chine était classé à la 11e place mondiale en termes de liberté économique par Heritage Foundation, laboratoire conservateur d’idées basé à Washington.

Avec un score de 76,5 points sur 100, en hausse de 1,8 point par rapport à 2016, Taïwan occupe pour la première fois la 11èe place mondiale en matière de liberté économique dans le classement 2017 publié par Heritage Foundation, qui s’est basé sur 12 critères.

Port de Taipei

Ces critères permettent de juger de la liberté économique d’un Etat ou d’un territoire. Sur le plan de la liberté des affaires, Taïwan obtient un score de 93,4/100 qui place le pays au 4e rang mondial, viennent ensuite les dépenses publiques, le droit de propriété et la liberté du commerce.

Les rapporteurs notent que « Taïwan est une démocratie multipartite dynamique caractérisée par une justice indépendante et un cadre législatif solide, offrant une forte protection des droits de propriété et garantissant l’état de droit ».

Ces dernières ont indiqué que « les petites et moyennes entreprises forment l’épine dorsale du dynamisme économique taïwanais et son code du commerce est très développé, alors que des mesures d’ouverture du marché continuent de faciliter la libre circulation des biens et des capitaux ».

« Des progrès peuvent encore être accomplis en matière de flexibilité du marché du travail, le rythme des privatisations et de la libéralisation des marchés reste lent et irrégulier, et le secteur financier trop fragmenté« , préconise le rapport, dont l’indice de liberté économique dans le monde a été créé en 1995 et est publié en commun avec le Wall Street Journal.