Selon l’Agence chinoise de coopération au développement international (CIDCA), la Chine a fourni à ce jour 1,8 milliard de doses de vaccins anti-COVID-19 à d’autres pays du monde, après l’expédition de 700 000 doses de vaccins à destination du Laos le 25 novembre.

Le CIDCA travaille avec le ministère du Commerce et le gouvernement de la province du Yunnan (sud-ouest de la Chine), qui borde le Laos, pour soutenir le pays avec 700 000 doses de vaccins anti-COVID-19 et d’autres matériels de quarantaine d’une valeur de 10 millions de yuans (1,39 million d’euros).

La Chine a offert jusqu’à présent un total de 6,9 millions de doses de vaccins anti-COVID-19 au Laos, devenant ainsi le principal fournisseur de vaccins de cette nation d’Asie du Sud-Est.

Deng Boqing, vice-président de la CIDCA, a souligné que cette entreprise commune entre la Chine et le Laos reflète les relations étroites entre la Chine et l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN).

Ce dernier avait promis plus tôt de faire don de 150 millions de doses de vaccins anti-COVID-19 aux pays de l’ASEAN en plus d’un soutien financier d’1,5 milliard de dollars au cours des trois prochaines années.

D’ailleurs, le 30 octobre 2021, le conseiller d’État et ministre des Affaires étrangères Wang Yi a rencontré à Rome le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Wang Yi a déclaré que la Chine adhère toujours au concept de construction d’une communauté mondiale de la santé pour tous, tout en surmontant ses propres difficultés. Selon lui, la Chine mène « la plus grande opération humanitaire d’urgence depuis la fondation de la Chine nouvelle pour aider les pays à répondre à leurs besoins urgents lorsque le monde est le plus urgent ».

Cliquez sur l’image pour accéder à notre Édition spéciale!

« La Chine a fait valoir ses atouts, démontré ses responsabilités et apporté ses contributions », a assuré Wang Yi au directeur de l’OMS. D’ailleurs, « la Chine attache une grande importance au rôle de l’OMS et est disposée à renforcer la coopération pour promouvoir la distribution équitable des vaccins, la recherche et le développement de médicaments anti-COVID et soutenir les pays africains dans la lutte contre la pandémie, afin de contribuer positivement l’énergie à la coopération mondiale anti-pandémie ».

Wang Yi a déclaré que « l’unité est l’arme la plus puissante dans la lutte contre la pandémie », ajoutant que « la lutte mondiale contre la pandémie est un test majeur du multilatéralisme ». Il espère que l’OMS adoptera « une attitude scientifique et mettra la vie et la santé des gens au premier plan ».

Il espère également que l’OMS adhérera à la solidarité et à la coopération, et s’opposera à « politiser », « étiqueter » et « stigmatiser » les autres au nom de la lutte contre l’épidémie.

Wang Yi a souligné que « la recherche de l’origine mondiale du virus devrait être menée de manière objective, scientifique et responsable ». « L’OMS doit se garder de toutes sortes de battage politique, traiter tous les États membres sur un pied d’égalité et respecter sincèrement la souveraineté de tous les pays », selon lui. La Chine est disposée à discuter de la coopération future avec l’OMS sur cette base.

Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus a déclaré que « la pandémie est un ennemi commun du monde. L’OMS apprécie la solidarité de la Chine dans son assistance et son soutien à tous les pays dans leur lutte contre la pandémie, apprécie son soutien et sa participation au COVAX, ainsi que ses contributions positives à la distribution équitable des vaccins ».

L’OMS a toujours adhéré aux principes, ne cédant pas aux pressions politiques extérieures, s’est fermement opposée au « rejet de la faute », a résolument résisté à la politisation de la riposte à la pandémie et continuera à rechercher l’origine du virus avec une attitude scientifique.