Après les accusations de Washington concernant de supposés piratages de la recherche sur un vaccin contre le Covid-19, le gouvernement chinois a reproché aux Etats-Unis de la « diffamer », tandis que le Président américain menace de rompre toute relation.

Ces nouvelles accusations de l’administration Trump accentuent un peu la tension dans les relations entre les deux puissances économiques mondiales, en proie à des joutes verbales depuis plusieurs mois.

La Chine a reproché le 14 mai aux Etats-Unis de la « diffamer » après que Washington eut accusé Pékin de pirater la recherche américaine sur un vaccin contre le Covid-19. « À en juger par leurs antécédents, ce sont les États-Unis qui ont mené les plus importantes opérations de vol sur internet à l’échelle mondiale », a déclaré Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, lors d’une conférence de presse.

En effet, la police fédérale américaine (FBI) a accusé des pirates informatiques, des chercheurs et des étudiants proches de la Chine de voler des informations d’instituts universitaires et de laboratoires publics – qui travaillent sur un vaccin contre le nouveau coronavirus – au profit de Pékin.

Lire aussi : La Chine accusée de pirater la recherche sur un vaccin par Washington

« Les tentatives de la Chine de cibler ces secteurs représentent une menace grave pour la réponse de notre pays au Covid-19 », a affirmé le FBI dans un avertissement officiel conjoint avec l’agence nationale pour la cybersécurité.

Plusieurs entreprises pharmaceutiques chinoises se sont lancées depuis le début de l’épidémie de coronavirus dans l’élaboration d’un vaccin. Au moins trois ont déjà entamé des tests cliniques sur l’homme.

Lire aussi : Un vaccin testé sur une centaine de volontaires

« La Chine est à la pointe de la recherche en matière de vaccins et de traitement contre le Covid-19. De ce fait, elle a plus de raisons que quiconque de se méfier du vol d’informations sur internet », a souligné Zhao Lijian.

De son côté, Donald Trump a durci encore le ton dans un entretien à Fox Business diffusé jeudi, menaçant de rompre toute relation avec le géant asiatique et assurant qu’il ne souhaitait plus parler à son président.

« Si on le faisait, que se passerait-il? », a-t-il poursuivi. « On économiserait 500 milliards de dollars si on rompait toute relation », a encore dit le milliardaire républicain, coutumier des mises en garde sans lendemain.

Le locataire de la Maison Blanche martèle depuis plusieurs semaines que le lourd bilan du Covid-19 – près de 300.000 morts à travers le monde dont plus de 80.000 aux Etats-Unis – aurait pu être évité si la Chine avait agi de manière responsable dès l’apparition du virus dans la ville de Wuhan. « Ils auraient pu l’arrêter (le virus) en Chine, d’où il est venu. Mais cela ne s’est pas passé comme ça », a assuré le président américain.