Les travaux du 19e Congrès se terminent aujourd’hui. Ils se sont tenus sous les regards du peuple chinois et du monde entier. Les médias chinois ont transmis les déclarations de nombreux observateurs ou experts. Ainsi donc, le rapport présenté par Xi Jinping a été très suivi et largement commenté, contribuant à faire du 19e Congrès un évènement politique d’intérêt majeur.

Désormais, il appartient à la direction renouvelée d’accomplir l’objectif de “faire avancer le socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère”. La reconduction de Xi Jingping à la tête du Parti est une marque de confiance des congressistes dans la conduite des affaires de l’Etat chinois et l’affirmation du rôle dirigeant du PCC pour les années à venir.

Avant le Congrès, nous avions intéressé l’opinion dans 3 articles condensés portant sur l’ancrage du PCC dans le peuple, son leadership mondial et son adhésion à son temps. Le rapport présenté par XI Jingping a confirmé ce bilan mais il a surtout mis l’accent sur l’interprétation théorique de la phase actuelle.

Il est bon de rappeler le résumé officiel qui en a été fait. « Xi Jinping, secrétaire général du PCC et président de la Chine, a annoncé mercredi à Beijing que la contradiction principale à laquelle faisait face la société chinoise avait évolué, alors que le socialisme à la chinoise est entré dans une nouvelle ère ». Le ton était donné, en mettant l’accent sur la manière d’analyser la situation en chine. Partir “de la contradiction”, un classique de Mao.

« Société de moyenne aisance » en 2035

Plus précisément, autrefois, la contradiction principale était décrite comme celle entre « les besoins matériels et culturels sans cesse croissants du peuple et la production sociale obsolète ». Elle a été résolue en répondant aux besoins fondamentaux de plus d’un milliard de ses citoyens et la Chine s’achemine vers « l’édification intégrale de la société de moyenne aisance ». C’est un changement qui remet tout à plat.

Cette perspective est considérée comme une ère historique nouvelle. Le parti et l’Etat sont appelés à résoudre cette contradiction principale en ces termes : « alors que les forces productives sociales en Chine se trouvent dans leur ensemble à un niveau beaucoup plus élevé et que notre pays est au premier rang mondial dans de nombreux domaines en termes de capacités de production, le problème du développement déséquilibré et insuffisant se pose avec acuité et est considéré de surcroît comme le principal handicap pour satisfaire l’aspiration croissante de la population à une vie meilleure ».

Première puissance du monde en 2050

Durant une semaine, c’est 2300 personnes qui ont planché sur ce sujet. Un calendrier en 2 étapes a été prévu : une société de moyenne aisance intégrale et globale vers 2035 et la première puissance du monde en 2050. Pour atteindre ces objectifs, une équipe de choc autour de Xi Jinping a été validée.

Des exemples concrets pour illustrer l’horizon 2035 : la réduction de la densité des PM 2,5 dans l’air et le besoin de 6800 avions neufs. Il a été rappelé que la Chine vise à réduire la densité des PM 2,5, particules fines toxiques, à 35 microgrammes par mètre cube d’ici 2035, contre 47 microgrammes par mètre cube en 2016. Selon le ministre chargé de la Protection et l’Environnement, cet objectif sera difficile à tenir, raison de plus pour redoubler d’effort.

Dans le même temps, la Chine aura à faire face aux déplacements d’une population de plus en plus solvable et à l’augmentation du fret aérien, vu le développement du commerce en ligne. Ce besoin se traduira par 6800 avions supplémentaires, soit un triplement de l’effectif actuel.

Congrès mondial sur le marxisme

Sur un plan académique, qui fixe le très long terme, un Congrès mondial sur le marxisme aura lieu à l’université de Beijing les 5 et 6 mai. Plus de 300 chercheurs plancheront sur le thème suivant : “le marxisme, le monde d’aujourd’hui et la Chine”. Ceci souligne le besoin de bien comprendre le marxisme et le capitalisme à l’ère contemporaine ainsi que la solution chinoise dans la modernisation des pays en développement.

Tribune d’Ary Yée Chong Tchi Kan