Selon l’Agence France Presse, des manifestants ayant protesté le 27 novembre à Pékin contre la politique zéro covid, ont été contactés par téléphone par la police qui les a interrogés sur leur présence au rassemblement.

Certains se sont demandés comment la police était parvenue à découvrir leur, quand la grande majorité des manifestants n’ont pas vu leurs documents d’identité contrôlés lors du rassemblement du 27 novembre, a indiqué l’Agence France Presse.

Le 27 novembre, une foule de manifestants, répondant à des appels sur les réseaux sociaux, est descendue dans les rues de Pékin, Shanghai et Wuhan, prenant les forces de l’ordre et les autorités au dépourvu.

Lire aussi : Manifestations en Chine contre la politique zéro-Covid

Étendue sur toute la Chine, la mobilisation a semblé être la plus importante depuis les mouvements de contestation de 1989. Selon une personne interrogée par l’AFP, elle et cinq autres personnes, ayant manifesté, ont reçu un appel de la police de Pékin.

Le policier «a dit mon nom et m’a demandé si j’avais été à la rivière Liangma la nuit dernière… Il m’a demandé précisément combien de personnes s’y trouvaient, à quelle heure j’y étais, comment j’en avais entendu parler», a indiqué cette dernière.

«La police a souligné le fait que la manifestation d’hier soir était illégale et nous a demandé si nous avions des exigences que nous souhaiterions leur communiquer via les canaux légaux». Elle a précisé que l’officier de police lui avait parlé d’un «ton égal» durant ce bref appel, et lui avait demandé de ne pas assister à de futurs rassemblements.

Image Illustration : Manifestation à Hong Kong