Sélectionner une page

Afrique,MONDE

Donald Trump accuse la Chine de l’inertie des discussions avec Pyongyang

Le président américain Donald Trump a une nouvelle fois accusé le 29 août la Chine d’être responsable de la paralysie des discussions actuelles avec la Corée du Nord.

« La Chine complique grandement les choses sur les relations avec la Corée du Nord« , a lancé le président américain depuis la Maison Blanche, réaffirmant avoir « une relation fantastique » avec Kim Jong Un.

Suite à ces déclarations, la porte-parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying, a indiqué que « beaucoup de gens, comme moi, pensent qu’avec leur logique irresponsable et absurde, les Etats-Unis sont champions du monde », ajoutant que Washington devrait « se regarder dans le miroir au lieu de critiquer les autres ».

Les échanges entre la Corée du nord et les Etats-Unis sont actuellement dans une impasse, mais aussi une source de frustration pour Donald Trump qui veut démontrer qu’il peut réussir là où tous ses prédécesseurs ont échoué.

« Il n’y a plus de menace nucléaire de la part de la Corée du Nord », avait-il lancé dans un tweet désormais célèbre après avoir quitté la cité-Etat. Trop optimiste quand à l’impact de sa rencontre de juin à Singapour avec l’héritier de la dynastie des Kim, le milliardaire a dû mal à accepter la lenteur des négociations.

Pour le président américain, il est évident que la Chine freine le processus diplomatique en cours en raison de la guerre commerciale entre Washington et Beijing. « Nous verrons ce qui va se passer (avec la Corée du Nord) mais je me devais d’agir sur la Chine concernant le commerce car c’était vraiment injuste pour notre pays« , a-t-il asséné le 29 août.

Concernant la suspension des manoeuvres militaires alliées sur la péninsule coréenne, le Pentagone a réaffirmé qu’il n’y avait « aucun raison à ce stade » de dépenser « d’importantes sommes d’argent » pour ces exercices, soulignant qu’il pouvait les relancer à tout instant s’il le jugeait nécessaire.

Or l’annulation, le 24 août à la dernière minute d’une visite de son secrétaire d’Etat Mike Pompeo à Pyongyang a été le premier signe d’un blocage dans les discussions. Cette décision vient du fait que la Maison blanche s’est rendue compte qu’elle ne pourrait pas obtenir un point précis dans ces discussions à savoir, selon plusieurs observateurs, un échange « déclaration contre déclaration ».

D’un côté, Washington devait travailler à une déclaration mettant fin à la guerre de Corée. De l’autre, la Corée du Nord devait fournir une déclaration de ses installations nucléaires.

Or d’après le site internet américain Vox, Donald Trump aurait promis oralement à Kim Jong Un, de signer une déclaration mettant fin à la guerre de Corée rapidement après ce sommet.

Interrogée le 29 août sur cette promesse, la porte-parole du département d’Etat, Heather Nauert, a indiqué que « nous pensons que la dénucléarisation doit intervenir avant de nous engager dans d’autres domaines », dont la déclaration de fin de guerre.

Raison pour laquelle, les Nord-Coréens se sentent maintenant floués. D’autant plus que, d’après certains observateurs, Kim Jong Un préférerait un traité de paix en bonne et due forme plutôt qu’une simple déclaration.

Chine vs Etats-Unis

Deux puissances économiques mondiales au coude à coude

Chine-Afrique

Les relations sino-africaines prennent un nouveau tournant

Mers de Chine

Dossier explosif entre la Chine et ses voisins asiatiques

Coin des Idées




La Chine impériale

Le MAG de la Chine

Vie de famille, LGBTQ, Sexualité, Egalité, Bien être, Chine insolite

Nos partenaires

Africa Wire