Le gouvernement chinois a approuvé deux méthodes de tests scientifiques n’ayant pas recours aux animaux pour tester des produits cosmétiques en Chine.

Les deux tests nouvellement approuvés, le test de réaction peptidique directe pour mesurer la sensibilisation de la peau, et le test d’exposition de courte durée pour analyser le potentiel d’irritation des yeux, permettront d’épargner à d’innombrables animaux l’agonie de se faire verser des substances au compte-goutte dans les yeux et de se les faire frotter sur la peau.

Cette avancée majeure découle des recherches et études des experts scientifiques et des spécialistes de la réglementation de l’Institut pour les sciences in vitro (Institute for In Vitro Sciences, ou IIVS).

L’institut a reçu un financement de PETA États-Unis pour la formation de scientifiques chinois et la formation de responsables aux méthodes modernes non animales.

« L’acceptation de ces deux tests modernes et éthiques est un énorme pas en avant pour la Chine. Aucun animal ne devrait être empoisonné ou aveuglé pour un produit de consommation – ni pour toute autre raison », a écrit PETA Etats-Unis sur son site internet.

En 2012, PETA États-Unis a révélé que certaines entreprises, n’ayant auparavant pas recours à l’expérimentation animale, avaient discrètement commencé à payer le gouvernement chinois pour qu’il teste leurs produits sur des animaux, afin de pouvoir les vendre dans le pays.

À l’époque, des tests sur les animaux étaient requis par la loi pour tout produit cosmétique vendu en Chine. PETA (People for the Ethical Treatment of Animals) est une association à but non lucratif dédiée à établir et protéger les droits de tous les animaux.

A l’annonce de ces tests sur les animaux PETA Etats-Unis subventionne les principaux experts dans le domaine des méthodes de test n’utilisant pas d’animaux chez IIVS, pour qu’ils lancent leur travail en Chine.

Les scientifiques de l’IIVS ont rapidement collaboré avec les autorités chinoises pour faire approuver la première méthode d’essai sans animaux, le test de phototoxicité in vitro 3T3 NRU (fixation du rouge neutre), utilisé pour tester la toxicité potentielle des produits cosmétiques lorsqu’ils entrent en contact avec la lumière solaire.

En 2014, le gouvernement chinois a annoncé qu’il accepterait les résultats de méthodes de test autres que sur les animaux, mais uniquement pour les produits cosmétiques à usage spécial fabriqués en Chine.

Cependant, « des tests sur les animaux sont toujours nécessaires pour tous les produits cosmétiques importés et tous les produits cosmétiques à usage spécial, quel que soit le lieu de fabrication », a écrit PETA.