L’Australie se joint aux Etats-Unis pour critiquer la Chine pour sa «conduite coercitive» dans la mer de Chine méridionale, alors que les tensions persistent entre les deux pays.

Le «comportement coercitif» de la Chine en mer de Chine méridionale a été critiqué par le ministre australien des Affaires étrangères et le ministre de la Défense avant les pourparlers de haut niveau à Washington.

La ministre australienne de la Défense Linda Reynolds et son homologue des affaires étrangères, Marise Payne, ont signalé les actions de la Chine à Hong Kong, ainsi que le cyberpiratage subit, et les fausses nouvelles diffusées selon elles par la Chine.

Confrontation Chine-Australie en mer de Chine méridionale

Des navires de guerre et des avions de combat de la marine de l’Armée populaire de libération de la Chine (APL) participent à une démonstration militaire dans la mer de Chine méridionale le 12 avril 2018. Photo prise le 12 avril 2018.

Le 24 juillet, trois navires de guerre australiens ont rencontré des navires de guerre chinois dans la mer de Chine méridionale contestée alors que les deux forces navales étaient bloquées dans une confrontation sur le chemin des navires australiens vers le Vietnam.

L’armée chinoise a émis des avertissements aux deux frégates australiennes de classe Anzac, HMAS Anzac et HMAS Toowoomba, et à un navire de ravitaillement de classe Durance HMAS Success alors que les navires naviguaient vers un port de bonne volonté à Subic Bay.

Le département australien de la Défense a déclaré dans un communiqué que ses trois navires de guerre étaient en route pour traverser le nord des îles Spratly jusqu’à sa destination finale d’Ho Chi Minh-Ville.

Il a ajouté que les navires avaient presque navigué vers les îles artificielles de la Chine. Cependant, le gouvernement australien a minimisé l’incident, affirmant que l’interaction, qui aurait eu lieu s’est déroulée dans un environnement sûr.

L’Australie soutient la position américaine

Le Premier ministre australie Scott Morrison

L’Australie compte sur les pourparlers AUSMIN 2020 avec les Etats-Unis, afin d’assurer le soutien de ce dernier contre la Chine. D’ailleurs, les tensions entre l’Australie et la Chine sont croissantes à la suite de l’épidémie mondiale de coronavirus (Covid-19) qui viendrait de la Chine.

«Il n’a jamais été aussi important que nous, en tant qu’alliés, nous asseyions ensemble et trouvions tous les moyens possibles de faire avancer nos intérêts communs», contre la Chine, ont indiqué les deux ministres.

Ces dernières répondent à l’appel lancé par le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo. Dans un discours, il a affirmé qu’il était «temps pour les nations libres d’agir», appelant «toutes les nations à commencer par faire ce que l’Amérique a fait: insister sur la réciprocité, la transparence et la responsabilité du Parti communiste chinois».

Parmi les accords censés être présentés lors de la réunion de l’AUSMIN figurent un plan pour les problèmes régionaux de santé, en particulier les maladies infectieuses, un autre plan pour lutter contre la propagation de la désinformation par des «acteurs malveillants», dont la Chine.

Les États-Unis solliciteront le soutien de l’Australie pour les actions de la Chine dans la mer de Chine méridionale. En effet, la Malaisie, les Philippines, le Vietnam, Taïwan et l’Indonésie ainsi que la Chine ont diverses revendications sur les îles et les eaux maritimes de la région.

La ministre de la Défense, Linda Reynolds, a déclaré que les relations entre l’Australie et les États-Unis n’avaient jamais été aussi importantes. « La mer de Chine méridionale soutient une énorme industrie de la pêche, on pense qu’elle contient des réserves de pétrole et de gaz et est une route pour un tiers du trafic maritime mondial d’une valeur de 3 billions de dollars », a indiqué cette dernière.