L’industrie du coton en Australie craint d’être la prochaine de cible de la Chine dans les tensions commerciales entre les deux pays.

L’industrie du coton a fait part de son inquiétude croissante vis-à-vis des changements dans les conditions d’exportation vers la Chine.

Deux associations sectorielles, Cotton Australia et Cotton Shippers Association, ont conjointement signalé dans une déclaration être au courant de changements dans les conditions d’exportation du coton australien vers la Chine.

« Il apparait clairement que la Commission nationale de réforme du développement en Chine a récemment découragé les tisseries du pays d’utiliser du coton australien », ont indiqué les deux organisations dans un communiqué commun.

Elles indiquent œuvrer avec le gouvernement australien pour « enquêter sur la situation afin de comprendre pleinement ce qui se passe ».

Mais une source gouvernementale australienne citée par le média public australien, ABC, indique que l’industrie pourrait être confrontée à des tarifs douaniers de l’ordre de 40%.

Près de 65% de la production de coton par l’Australie est exportée vers la Chine, pour près de 2 milliards de dollars (1,8 mds €).

Le ministre australien du commerce, Simon Birmingham, s’est dit au courant de la situation et attendre davantage d’information de la part de la Chine. Il a mis en garde contre une violation potentielle des engagements internationaux de la Chine envers la concurrence équitable à l’international.

Les relations entre la Chine et l’Australie sont au plus bas cette année, après le soutien de l’Australie envers l’ouverture d’une enquête sur l’origine du coronavirus en Chine, exigée par les Etats-Unis. Sans compter sur les confrontations de déclarations entre les responsables chinois et australiens.

Au cours des derniers mois, la Chine a placé des restrictions commerciales sur le vin, le boeuf et le blé, et l’orge australien.