Le 5 mars, le Premier ministre chinois, Li Keqiang, a présenté les éléments clés du projet du 14ème plan quinquennal sur le développement économique et social de la Chine dans un discours prononcé à la session annuelle de l’Assemblée populaire nationale.

Le projet de 14e FYP a révélé certains objectifs clés concernant le climat et l’énergie. En 2021-2025, la Chine vise à

  • diminuer l’intensité énergétique de 13,5%
  • réduire l’intensité carbone de 18%
  • augmenter la part des énergies non fossiles dans le mix énergétique de 15,8% en 2020 à environ 20% en 2025
  • augmenter la couverture forestière de à 24,1%

Contrairement aux plans quinquennaux précédents, aucun objectif explicite de croissance du PIB sur cinq ans n’est fixé pour la 14e période du plan quinquennal, mais l’objectif sera décidé sur une base annuelle en fonction des circonstances réelles.

En septembre 2020, le président Xi Jinping s’est engagé à atteindre un pic d’émissions de carbone avant 2030 et à atteindre la neutralité carbone d’ici 2060. En tant que premier plan quinquennal suivant les nouveaux engagements climatiques de la Chine, le 14e plan quinquennal sera évalué pour savoir s’il met la Chine sur la bonne voie. un avenir neutre en carbone.

«Le plan quinquennal envoie un signal climatique indécis au milieu de grandes incertitudes économiques et géopolitiques. Compte tenu de l’habitude de la Chine de sous-s’engager et de dépasser ses plans quinquennaux, ces objectifs permettront, espérons-le, de se prémunir contre une augmentation de la croissance des émissions. Mais les groupes industriels indiqueront certainement la modeste cible d’intensité carbone comme une excuse pour le statu quo», a déclaré Li Shuo, conseiller politique chez Greenpeace Asie de l’Est.

Le projet de 14ème plan quinquennal sur le développement économique et social de la Chine est en cours d’examen par les membres de l’APN et sera approuvé à la fin de la session de l’APN le 11 mars. Le texte intégral du 14e FYP sera rendu public après approbation. Cependant, les objectifs principaux du projet de plan ne devraient pas changer.

Un plan détaillé

En effet, le gouvernement chinois fixe les principaux objectifs de développement social et économique dans le cadre d’un cycle de planification politique de 5 ans. Ce mécanisme remonte à 1953 et reste le cadre fondamental guidant le processus d’élaboration des politiques à tous les niveaux et dans tous les secteurs. 2021 marque le début de la période couverte par le 14e plan quinquennal.

La Chine représente 26% des émissions mondiales. La stratégie de transition économique et énergétique exposée dans le 14ème plan façonnera largement la trajectoire des émissions de la Chine au cours des 5 prochaines années et au-delà.

Depuis l’engagement climatique de la Chine en septembre, les experts chinois du climat et de l’énergie ont appelé à des objectifs de réduction des émissions plus stricts afin que la Chine puisse respecter son engagement.

Les principaux experts en politique estiment que pour que la Chine reste dans le cours de son pic de carbone avant 2030 et atteigne la neutralité carbone d’ici 2060, en supposant un taux de croissance annuel du PIB de 5,3% au cours des 5 prochaines années, la Chine devrait réduire son intensité énergétique de 14%, et l’intensité de Co² de 19,4%.

Bien que les chiffres dévoilés soient proches de cette analyse, l’absence d’objectif de croissance économique à cinq ans a rendu difficile l’évaluation du niveau d’ambition et de l’effet réel de réduction des émissions.

Beaucoup ont également appelé la Chine à mettre en place des plafonds d’émissions globaux – en particulier un plafond d’émissions de carbone – parallèlement aux objectifs d’efficacité existants dans le 14ème plan. De loin, le plafond absolu des émissions de carbone n’a pas été atteint.

Qu’y a-t-il dans le 14ème plan quinquennal concernant le climat et l’énergie?

Le 14ème plan fixe une série d’objectifs majeurs concernant la croissance économique de la Chine, le système de protection sociale, la consommation d’énergie et la protection de l’environnement. Il existe trois objectifs clés concernant le climat et l’énergie: la consommation d’énergie par unité de PIB (intensité énergétique), les émissions de carbone par unité de PIB (intensité de carbone) et la part des combustibles non fossiles.

Le taux de croissance du PIB – l’objectif qui reçoit généralement le plus d’attention – est également important car il définit le contexte de base du développement de la Chine sur différents fronts, notamment sur le climat et l’énergie.

Le 14ème plan vise aussi à réduire l’intensité énergétique et l’intensité carbone de 13,5% et 18% respectivement en 2021-2025, et à porter l’énergie non fossile à environ 20% dans le mix énergétique. L’objectif d’intensité carbone de 18% maintient le même taux de réduction que dans le dernier plan quinquennal, qui était déjà considéré comme modéré.

D’un autre côté, les objectifs quinquennaux sont normalement fixés comme base de référence, de sorte que le dépassement probable de ces objectifs préserve la possibilité d’agir davantage. La plupart des objectifs liés au climat et à l’environnement dans le 13ème plan ont été réalisés plus tôt que prévu.

L’analyse effectuée par Draworld Environment Research Center montre que si la croissance annuelle réelle du PIB est supérieure à 3,9% au cours de la 14e période du plan, les émissions de carbone de la Chine continueront d’augmenter (voir la citation ci-dessous).

L’objectif sur la part des combustibles non fossiles n’a pas été révélé dans le discours du Premier ministre, mais il devrait être clarifié lorsque le texte intégral du 14e FYP approuvé sera accessible vers le 12 mars. En décembre 2020, lors du sommet virtuel Climate Ambition, le président Xi Jinping s’est engagé à porter la part des combustibles non fossiles à environ 25% d’ici 2030 (l’objectif était de 20% auparavant). On s’attend à ce que le nouvel engagement se reflète dans le 14e FYP.


En septembre 2020, le président Xi Jinping s’est engagé à plafonner les émissions de carbone avant 2030 et à atteindre la neutralité carbone d’ici 2060. Dans son discours, le Premier ministre Li Keqiang a réaffirmé la décision du gouvernement de mettre en place un plan d’action garantissant un pic des émissions avant 2030.

Suite à l’approbation du 14ème plan, les départements gouvernementaux et les gouvernements locaux proposeront leurs propres plans spéciaux. Il existe plusieurs plans sectoriels importants concernant le changement climatique, y compris des plans pour l’énergie et le secteur électrique qui sont élaborés par l’Administration nationale de l’énergie. Le 14e plan sectoriel sur l’énergie fixera un plafond absolu sur la consommation de charbon et la consommation d’énergie.

Les groupes climatiques préconisent l’adoption d’un plafond absolu sur les émissions de carbone dans ce plan. Il y aura également un 14ème plan dédié à la lutte contre le changement climatique.

Les travaux sont dirigés par le ministère de l’Écologie et de l’Environnement en réponse au nouvel engagement climatique annoncé par le président Xi. Les FYP sectoriels devraient être finalisés dans la seconde moitié de 2021 , mais le processus pourrait prendre plus de temps car il n’y a pas de date limite fixée.

« Il reste encore beaucoup à faire au-delà de ces objectifs quinquennaux »

Pour Li Shuo, conseiller politique à Greenpeace Asie de l’Est, «le plan quinquennal envoie un signal climatique indécis au milieu de grandes incertitudes économiques et géopolitiques. Compte tenu de l’habitude de la Chine de sous-s’engager et de dépasser ses plans quinquennaux, ces objectifs permettront, espérons-le, de se prémunir contre une augmentation de la croissance des émissions. Mais les groupes industriels indiqueront certainement la modeste cible d’intensité carbone comme une excuse pour le statu quo».

Ce dernier a expliqué que «pour lutter contre la crise climatique, la Chine doit ramener la croissance de ses émissions à un niveau beaucoup plus lent et aplatir la courbe des émissions au début des cinq prochaines années. Le pic des émissions avant 2025 est non seulement possible mais nécessaire. Pousser progressivement le frein sur les émissions est bon pour la transformation économique de la Chine et contribuera à améliorer l’image de la Chine dans le monde».

Ce dernier a précisé qu’«il reste encore beaucoup à faire au-delà de ces objectifs quinquennaux. Il n’y a toujours pas de fin en vue pour le boom de la construction de centrales à charbon en Chine. La dynamique accélérée dans les secteurs de l’acier, du ciment et de l’aluminium suggère que la Chine doit faire beaucoup mieux pour écologiser sa reprise COVID. La Chine ne sera pas de retour sur la voie de la décarbonisation tant que Pékin ne contrôlera pas le boom de la construction de charbon et n’autorisera pas sa reprise du Covid-19».

«Les objectifs du 14ème plan sont plutôt modérés»

De son côté, le Dr. Zhang Shuwei, économiste en chef chez Draworld Environment Research Center, a expliqué qu’«en tant que premier plan quinquennal après l’engagement de la Chine à atteindre la neutralité carbone d’ici 2060, le 14e FYP devait démontrer une forte ambition climatique. Cependant, le projet de plan présenté aujourd’hui ne semble pas répondre aux attentes. Dans l’ensemble, le plan ne contient pas suffisamment de détails sur la manière dont la Chine envisage d’accélérer la décarbonisation de l’économie, ni n’offre beaucoup d’orientations stratégiques sur la façon de maximiser le carbone avant 2030 et d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2030. La communauté internationale s’attendait à ce que la politique climatique de la Chine «saute», mais en réalité, elle est toujours en train de ramper».

«Les objectifs du 14ème plan en matière d’intensité énergétique et d’intensité carbone sont plutôt modérés. Le plan n’inclut pas d’objectif explicite de croissance du PIB sur cinq ans, cependant, nos calculs montrent que si la croissance annuelle réelle du PIB est supérieure à 3,9% au cours de la 14e période FYP, les émissions absolues de la Chine continueront d’augmenter», a indiqué ce dernier.

Pour Dimitri de Boer, représentant en chef de la Chine pour ClientEarth, une organisation caritative spécialisée dans le droit de l’environnement, «les principaux objectifs climatiques pour 2025 sont difficiles à interpréter en l’absence d’un objectif de croissance du PIB sur cinq ans. La salle a applaudi lorsque le premier ministre Li Keqiang a annoncé que la Chine agirait fermement sur le changement climatique, ce qui suggère qu’il y a consensus autour de Ce qui compte maintenant, c’est de savoir si nous voyons une transition rapide vers une énergie propre. Les autorités responsables de l’énergie ont été critiquées pour ne pas avoir pris la transition au sérieux, car de nombreuses nouvelles centrales au charbon ont été approuvées en 2020. Nous espérons que bon nombre de ces projets seront encore annulé».

Swithin Lui, responsable Chine de Climate Action Tracker, du NewClimate Institute, a lui souligné qu’«en termes de climat, les premières indications du 14e plan quinquennal de la Chine sont décevantes et montrent peu de signes d’un abandon concerté d’un futur verrouillage du charbon. S’il est positif que ce plan réitère son engagement en faveur de la neutralité carbone d’ici 2060 et des émissions de pointe avant 2030, il y a peu de signes du changement nécessaire pour atteindre cet objectif. Nous espérons voir un plafond de charbon dans les plans quinquennaux plus détaillés du secteur de l’énergie et du climat plus tard cette année, ce qui aidera la communauté internationale à faire la lumière sur l’avenir de la croissance des émissions de la Chine et ses engagements climatiques».

Bill Hare, directeur général, Climate Analytics, a indiqué qu‘«il est décevant que la Chine se concentre autant sur le maintien de sa dépendance au charbon – et au pétrole et au gaz. Le monde compte sur son plus grand émetteur pour intensifier le changement climatique – pourtant nous ne voyons guère de telles actions dans ce plan. Il n’y a pas de voie claire pour que la Chine atteigne son engagement net zéro – le gouvernement pourrait bien faire de réviser et de renforcer son objectif de 2030 pour que ses émissions y parviennent».