D’après l’Organisation internationale des bois tropicaux (OIBT), cinq pays ont assuré 90% des importations chinoises de bois sciés, au cours du premier trimestre 2018.

Le Cameroun pointe en 5ème position dans ce classement, avec 2% des importations chinoises, contre 7% pour le Gabon. Le marché chinois est devenu un véritable débouché pour les exploitants forestiers camerounais, à cause des conditions difficiles d’exportation du bois vers l’Union européenne (accords Flegt).

Le Cameroun fait moins bien que la Malaisie (4%), les Philippines (4%) et le Gabon (7%), premier exportateur africain de sciages tropicaux vers la Chine, au cours de la période sous revue. D’après l’OIBT, la Thaïlande profite de l’augmentation de 7% des importations chinoises de bois sciés au premier trimestre 2018, en pourvoyant à 72% des besoins de la Chine.

Au Gabon, les relations avec la Chine sont positives. En effet, «avec la Chine, c’est la garantie d’un partenariat gagnant-gagnant basé sur les actes et les résultats», ont indiqué les autorités gabonaises qui se félicitent du renforcement de la coopération avec la Chine.

En marge du dernier Forum sur la coopération Chine-Afrique, le président Ali Bongo Ondimba a signé plusieurs documents, dont un accord de coopération économique et technique permettant à la Chine d’apporter une assistance financière au Gabon pour la réalisation de plusieurs projets.

Le second est un accord destiné à éviter la double imposition et de prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôt sur le revenu. La dernière convention concerne un mémorandum d’entente dans le cadre de la construction conjointe de « La Ceinture et la Route maritime » du 21ème siècle.

A cela s’ajoute, un don sans contrepartie pour l’Accord de coopération économique et technique d’un montant de 100 millions de yuans, soit environ 86 millions d’euros, alloués à des projets définis par la partie gabonaise.