« Aucune base factuelle ne permet de reprocher à la Chine de ne pas avoir répondu efficacement au COVID-19 », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, à OSla (Norvège).

Le ministre Wang Yi a ainsi répondu aux accusations de certains pays occidentaux selon lesquelles la Chine n’aurait pas partagé en temps opportun les informations sur le nouveau coronavirus, qui – selon le journaliste – provenait de Chine et a conduit à la propagation du COVID-19 dans d’autres pays.

« Ce que vous avez dit ne correspond pas aux faits. La Chine est le premier pays à avoir signalé l’épidémie, ce qui ne signifie pas que l’épidémie du nouveau coronavirus soit originaire de Chine », a déclaré le chef de la diplomatie chinoise.

Lire aussi :  « L’origine chinoise du nouveau coronavirus remise en question »?

Ce dernier a indiqué que « de nombreuses informations et enquêtes ont permis de découvrir l’existence du nouveau coronavirus dans de nombreux pays du monde, et certaines d’entre elles étaient apparues avant que la Chine n’ait signalé le virus ».

Ainsi, l’origine de l’épidémie et la question de savoir qui est le « patient zéro » est un problème scientifique qui exige que les chercheurs et les experts médicaux parviennent à une conclusion par le biais de la recherche scientifique, a assuré le ministre, cité par l’agence de presse, Xinhua.

Pour ce dernier « personne n’a le droit de politiser la recherche de l’origine, et encore moins d’étiqueter le virus ». Une mention aux propos du président américain Donald Trump qui continue d’utiliser le terme « virus chinois » pour parler du Covid-19.

Lire aussi : Donald Trump défend l’usage de «virus chinois», Beijing dénonce

Le nouveau coronavirus était inconnu de tous avant l’épidémie. « La Chine a mené une enquête épidémiologique au tout début de la découverte de cas de pneumonie inconnus, identifié l’agent pathogène et partagé la séquence complète du gène en temps opportun avec le monde entier », a indiqué Wang Yi.

Après avoir confirmé la transmission interhumaine du virus, la Chine a également pris la décision « cruciale » de fermer le passage de sortie de Wuhan, au centre de la Chine. « Ce n’était pas une décision facile car Wuhan est une ville peuplée de 10 millions d’habitants. Néanmoins, nous avons pris cette décision en partant du principe que la vie et la santé des gens sont primordiales », a-t-il ajouté.

Ce dernier a expliqué la démarche des autorités en indiquant que « la Chine a mis en oeuvre une réponse d’urgence de premier niveau dans toutes les provinces, régions autonomes et municipalités, a rapidement coupé la chaîne de transmission du virus et a finalement surmonté efficacement l’épidémie ».

Premier hôpital de Wuhan pour lutter contre le coronavirus, et construit en 10 jours

Rappelant la venue d’une équipe d’experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine, Wang Yi a indiqué que cette dernière avait estimé que « les mesures prises par la Chine étaient très opportunes et efficaces. Elles ont non seulement empêché la propagation de l’épidémie en Chine, mais ont également permis de faire gagner du temps au reste du monde. C’est un fait essentiel », a-t-il fait remarquer.

Wang Yi a assuré qu’il n’y a aucune base factuelle permettant aux Etats-Unis de tenter de reprocher à la Chine de ne pas avoir répondu efficacement à l’épidémie.

Détaillant le déroulé de la situation, le ministre a indiqué que le 23 janvier, « lorsque la Chine a fermé le passage de sortie de Wuhan, a mis en place une réponse d’urgence de premier niveau à l’échelle nationale et a pris des mesures de précaution complètes adaptées aux maladies infectieuses de classe A, il n’y avait que neuf cas confirmés dans les pays et régions hors de la Chine et un seul aux Etats-Unis ».

Sept jours plus tard, « les Etats-Unis ont suspendu leurs vols directs avec la Chine. Le 2 février, ils ont fermé leurs frontières à tous les citoyens chinois alors que seulement un peu plus d’une dizaine de cas étaient confirmés aux Etats-Unis. Le calendrier est clair », a-t-il assuré.

Après que la Chine a empêché la propagation de l’épidémie vers le reste du monde, la raison pour laquelle l’épidémie s’est propagée de façon si spectaculaire dans certains pays est une question qui mérite un examen sérieux et une enquête approfondie, a déclaré Wang Yi. Le chef de la diplomatie est certain « qu’avec le temps, la vérité finira par éclater ».