La banque d’affaires américaine Goldman Sachs a annoncé avoir reçu une première autorisation des autorités chinoises pour former une co-entreprise de gestion de fortune avec l’un des plus grands établissements financiers du pays, Industrial and Commercial Bank of China (ICBC).

Goldman Sachs possédera 51% du capital de la nouvelle société, qui combinera son «expertise en investissement et en gestion de risque» avec «la solide réputation de ICBC et son accès inégalé aux particuliers et aux clients institutionnels à travers la Chine», a affirmé le communiqué de Goldma Sachs.

Les marchés financiers chinois s’ouvrent de plus en plus aux acteurs étrangers et les autorités du pays, deuxième puissance économique mondiale, leur ont peu à peu accordé plus de liberté dans leurs activités ces dernières années.

Depuis, de nombreuses entreprises enregistrées à Wall Street se pressent pour ouvrir des co-entreprises en Chine. JPMorgan Chase a été autorisée à prendre une part majoritaire dans sa co-entreprise de courtage en Chine en décembre 2019, puis, en mars, par Goldman Sachs et Morgan Stanley.

Le géant mondial de la gestion d’actifs BlackRock a aussi reçu début mai une licence pour une co-entreprise de gestion de fortune placée sous son contrôle en Chine, avec China Construction Bank et le fonds souverain singapourien Temasek, selon le Wall Street Journal. Ensuite, le groupe français Amundi, allié avec Bank of China, avait obtenu une licence similaire en septembre.

«Le secteur de la gestion de fortune en Chine a grandi à la faveur de l’augmentation de richesse des ménages et des réformes continues du marché financier», a souligné un des responsables de Goldman Sachs pour la régon Asie-Pacifique (hors Japon), Tuan Lam, dans le communiqué.

«Cette co-entreprise avec une institution financière chinoise réputée va appuyer nos efforts destinés à établir une position de leadership sur l’un des marchés de gestion de fortune les plus importants en taille et en potentiel de croissance au monde», a-t-il ajouté.

Selon Goldman Sachs, les ménages chinois posséderont d’ici 2030 plus de 70.000 milliards de dollars (63 000 milliards d’euros) d’actifs pouvant être investis.

En décembre 2020, après 17 ans de partage avec une société chinoise, la banque d’affaires américaine Goldman Sachs avait annoncé son intention de prendre le contrôle total de sa co-entreprise de services financiers pour les marchés en Chine, dont elle détient actuellement 51%.

«Le processus a été lancé avec les régulateurs et nous avons signé un accord définitif avec notre partenaire pour acquérir toutes les actions en circulation de GSGH que nous ne détenons pas déjà», ont expliqué des responsables de la banque dans un message aux employés consulté par l’Agence France Presse.

La société GSGH, qui offre des services de courtage, de conseil financier et de conseil en placement de titres, doit être officiellement rebaptisée Goldman Sachs (China) Securities Company Limited.

Cette opération «représente un engagement et un investissement importants de notre part en Chine et reflète notre stratégie chinoise», ont indiqué les responsables de la banque, qui souhaitent faire de Goldman Sachs «la première société internationale» dans le pays.