Selon le gouverneur de la Banque populaire de Chine, Yi Gan, l’objectif de neutralité carbone de la Chine devrait coûter 337 milliards de dollars (303,3 milliards d’euros) par an jusqu’en 2030.

Yi Gang, gouverneur de la banque centrale chinoise

La Chine devra dépenser cette somme tous les ans jusqu’en 2030, afin de transformer le secteur de l’énergie, et réduire les émissions de carbone, a déclaré le gouverneur de la Banque populaire de Chine (PBOC).

Cet investissement s’élèvera ensuite à 3 900 milliards CNY (537,75 milliards d’euros) par an pour atteindre l’objectif de neutralité carbone du pays d’ici 2060, a déclaré Yi Gang lors du séminaire de la PBOC-Fonds monétaire international sur la finance verte et la politique climatique.

En septembre 2020, le président Xi Jinping a fixé l’objectif selon lequel la Chine devrait s’efforcer d’atteindre un pic d’émissions de dioxyde de carbone d’ici 2030 et de devenir un pays à zéro émission d’ici 2060.

Pour y parvenir, une plus grande mobilisation monétaire dans les secteurs public et privé est nécessaire pour soutenir les activités économiques vertes, a déclaré Yi Gang.

Lire aussi : L’objectif de neutralité carbone coûtera à la Chine plus de 12 000 milliards d’euros

La banque centrale prévoit de lancer des instruments financiers, afin de soutenir la réduction des émissions de carbone. Yi Gang prévoit de renforcer le soutien à la finance verte par divers canaux, tels que les notations de crédit commerciales, les taux de prime d’assurance-dépôts et les cadres de garantie pour les opérations d’open market.

De plus, la banque centrale explore également des tests de résistance sur le changement climatique pour les institutions financières et intègre progressivement les risques liés au changement climatique dans le cadre de la politique macro-prudentielle.

Yi Gang a expliqué que le marché national chinois du commerce du carbone devrait commencer à fonctionner en juin 2021. Ce dispositif qui vise à forcer les plus gros pollueurs à payer les entreprises à faible empreinte carbone pour le droit de polluer.

Ce marché du carbone sera progressivement intégré à un marché plus financier pour permettre le commerce des dérivés du carbone en Chine. Cela garantira que les risques se reflètent dans les prix du carbone et permettra au prix du carbone de jouer un rôle stimulant ou contraignant, a expliqué le gouverneur.

Banque populaire de Chine

Selon les estimations, il faudra environ 30 ans à la Chine pour passer du pic de carbone à la neutralité carbone, aux États-Unis environ 45 ans et à l’Union européenne environ 70 ans. «Par conséquent, les institutions financières sont invitées à entamer leur transition verte dès que possible», a déclaré Yi Gang.

Récemment la Banque du Jiangsu est devenue la première banque du pays à déployer un plan d’action neutre en carbone, visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de plus de 10 millions de tonnes d’ici 2025.

Au cours des cinq prochaines années, la banque provinciale a promis à prêter pas moins de 200 milliards CNY (27,45 milliards d’euros) à des projets sur le changement climatique, y compris ceux pour l’énergie propre, les transports propres et les bâtiments zéro carbone.

Environ 40 obligations neutres en carbone d’une valeur de 10 milliards de dollars (9 mds €) ont été récemment émises, a déclaré Yi. À la fin de l’année dernière, la Chine avait 125 milliards de dollars (112,5 mds €) d’obligations vertes en circulation, le deuxième montant le plus important au monde.

Le solde des prêts verts de la Chine s’élevait à 12 billions CNY (1,62 billions d’euros) à la fin de l’année 2020, le plus élevé au monde. Pourtant, il ne représentait que 6,9% du total des prêts du pays, ce qui suggère qu’il y a plus de place pour le développement.

L’Accord de Paris adopté par une majorité de pays en 2015 atteste que le réchauffement climatique devrait être maintenu bien en dessous de 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels d’ici la fin du siècle, et des efforts devraient être faits pour limiter toute augmentation à 1,5 C.

Pour y parvenir, le secteur de l’énergie aura besoin de 138 billions CNY (18,9 billions d’euros) d’investissements entre 2020 et 2050, ce qui équivaut à plus de 3000 milliards CNY (390 mds €) de nouvelles dépenses par an, selon les estimations de l’Université Tsinghua. Selon les analystes, cela permettra d’augmenter l’appel aux banques.