Taïwan a ouvert un bureau de représentation au Guyana selon des responsables taïwanais, avec le soutien des Etats-Unis provoquant la colère de la Chine. Quelques jours plus tard, Guyana a annulé l’accord.

Les autorités de Taipei ont dit avoir signé en janvier un accord avec ce petit État d’Amérique du sud pour ouvrir un bureau de représentation. Cet accord n’implique pas de changement d’alliance diplomatique pour le Guyana, qui continue de reconnaître la République populaire de Chine comme la seule représentante de la Chine.

«Ce jalon sera au bénéfice des deux partenaires et permettra de faire progresser la sécurité, les valeurs démocratiques et la prospérité dans la région», a indiqué sur Twitter Julie Chung, haut fonctionnaire au Département d’État américain.

Or à Beijing, Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a dit espérer que « la partie concernée (…) s’abstiendra de toute forme d’échanges officiels avec Taïwan ».

Ce dernier a indiqué que « nous avertissons également solennellement (les autorités taïwanaises): toute tentative de rechercher le soutien étranger ou de mener des actions séparatistes sur la scène internationale est vouée à l’échec ».

Suite à cette déclaration la Guyane a annulé l’accord avec Taïwan pour l’ouverture d’un bureau de représentation dans le pays sud-américain après que, ce jeudi, la Chine ait demandé aux autorités guyanaises de « corriger leur erreur ».

« Le gouvernement (du Guyana) n’a établi aucune relation ni aucune relation diplomatique avec Taïwan et, à la suite de la mauvaise communication de l’accord signé, cet accord a été finalisé », a déclaré le ministère des Affaires étrangères du pays des Caraïbes à travers un déclaration publiée sur leur site Web.

La déclaration précise que le gouvernement guyanien tient à préciser qu’il continue d’adhérer à la politique d ‘«une seule Chine» et que ses relations diplomatiques restent intactes avec la République populaire de Chine.

Le ministère taïwanais des Affaires étrangères a déclaré que le bureau de Taïwan dans ce pays sud-américain « a commencé ses opérations provisoirement le 15 janvier », quatre jours après l’accord établi entre Taïwan et Guyana.

Sur son profil Twitter, le ministère des Affaires étrangères de Taïwan avait ajouté que le nouveau bureau « représente l’engagement des deux parties à promouvoir une alliance de prospérité fondée sur des valeurs démocratiques dans des domaines tels que l’agriculture, l’éducation, l’investissement et Commerce ». Or le message a depuis été supprimé.