En dépit d’une vaste campagne visant à rappeler à l’ordre toutes les applications un peu trop indiscrètes à son goût, le gouvernement chinois dénombre encore 41 services problématiques. Les géants Tencent et Xiaomi ont été mis en demeure en raison de manquement dans la collecte des données personnelles et des mesures abusives contre ses utilisateurs.

Le ministère de l’Industrie et des Technologies de l’Information a récemment lancé une vaste campagne appelant toutes les applications qui outrepassent le cadre réglementaire à se conformer à la loi.
Or, selon le ministère plus de 8 000 services identifiés ont rectifié leur politique de collecte de donnée personnelle. Mais 41 applications ne se sont ont toujours pas ajustés à la législation.

Le ministère a alors publié la liste des services concernés pour mise en demeure. Ces applications ont jusqu’au 31 décembre 2019 pour installer les correctifs. À défaut, le gouvernement se réserve la possibilité de prendre de les bloquer, dès janvier 2020.

Parmi les éditeurs ciblés, Xiaomi et le géant du net chinois, Tencent, font partie des mauvais élèves. Le premier est cité au titre de son application Xiaomi Finance, qui rendrait difficile la clôture d’un compte en banque, au point que des utilisateurs finiraient souvent par abandonner. Le deuxième compte plusieurs services concernés par la mesure du gouvernement, dont la célèbre application de messagerie QQ.

Revendiquant plus de 800 millions d’utilisateurs actifs chaque mois, QQ est pointé du doigt pour l’obligation auprès des utilisateurs d’autorisations abusives et pour avoir imposer aux utilisateurs de partager leur géolocalisation.