La municipalité de Jinan a imposé un permis à point pour les propriétaires de chiens, qui ne respectent pas la réglementation.

Comme le permis de conduire, un propriétaire de chien dispose d’un capital initial de 12 points, accompagné d’un règlement très strict. Le règlement évoque l’interdiction d’emmener le chien dans les bâtiments publics, parcs, restaurants et transports ainsi que l’obligation de ramasser les crottes dans la rue.

D’autres règles sont beaucoup plus sévères, comme l’obligation permanente de tenir l’animal en laisse, laquelle ne doit pas excéder 1m50. Lorsque l’on promène son chien sur la voie publique, il faut pouvoir présenter à tout moment son «permis de posséder un chien».

En cas d’infraction au règlement, les propriétaires risquent amendes et perte de points sur le permis en question. Ainsi, le fait de laisser son chien se balader sans laisse peut coûter 3 points, jusqu’à six points en cas de récidive ainsi qu’une amende de 200 à 500 yuan (25 à 63 euros).

Lorsque le solde de points tombe à zéro, le propriétaire risque la confiscation de son animal. Pour le récupérer, il doit passer un test de récupération de points. La ville de Jinan applique aussi la «politique du chien unique», interdisant aux amoureux de canidés de posséder plus d’un chien de compagnie par foyer.

Si un foyer en possède plus d’un, une amende dissuasive est donnée au contrevenant, celle-ci peut atteindre 270€. Lors de la mise en place de cette politique, les propriétaires possédant déjà au moins deux chiens et qui n’avaient pas enregistré leur animal se sont trouvés obligés d’en abandonner un à un centre d’adoption ou de payer l’amende.

D’après les responsables municipaux, près de 100 000 canidés vivent dans la ville, pour un total de neuf millions d’habitants. Des plaintes auraient par ailleurs été déposées, les chiens ayant blessé ou dérangé le voisinage. Les autorités ont aussi interdit une quarantaine de races, jugées trop dangereuses (bergers allemands, dobermans….

En 2015, dans le cadre de la politique du chien unique, les autorités avaient déclaré qu’elles battraient à mort les chiens en trop qu’elles trouveraient au domicile des propriétaires… D’autres grandes villes comme Shanghai, Pékin, ou encore Chengdu appliquent également la politique du chien unique, avec une règlementation plus souple.