Dans un premier poème, Liu Yunsheng, fait part de ses sentiments avant son départ à Chengdu pour prendre part à l’assemblée générale des Instituts Confucius

De l’Afrique ouest à l’Asie est,
la distance manifeste;
du noir au jaune,
la vie rose prône;
l’idée d’être ensemble fait l’esprit,
l’assemblée coûte chère à tout ce qui.

Abidjan nous accueil de son chant,
l’éléphant nous défend au fil du temps;
Chengdu nous rapproche pas à pas,
le panda les embrasse à ses bras.

Les Instituts Confucius se réuniront aux pays du paradis,
tous les participants tiennent au même esprit,
que la communauté de destin devienne une meilleure démocratie.

Dans un second, il faut référence au « Chemin »

Quand l’homme chercher à atteindre son objectif,
il préfère faire raccourcir,
et il oublie souvent son chemin de départ.
Chacun a son chemin,
pour celui qui est simple,
il connait son point de départ.
et il jouit alors des plaisirs de la vie.

Sa troisième oeuvre d’intitule « 思想午餐[害羞]  »

De la chenille naît le papillon,
du pauvre naît le riche;
le point de départ fait partie de l’initiative,
le changement fait appel à l’innovation,
la contribution est source de la transformation,
la positivité rend l’homme vivre ensemble.