Le musée d’astronomie de Shanghai, actuellement en construction, a mis en place un centre de recherche astronomique avant son ouverture officielle en 2021.

La construction du musée a commencé en novembre 2016, et les préparatifs de l’exposition du planétarium sont encore en cours sur le site de Lingang dans la nouvelle zone de Pudong.

Ce site devrait être le plus grand planétarium du monde avec une surface de plancher brute de 38.164 mètres carrés, lors de son ouverture officielle en 2021.

Il s’agit également de la deuxième succursale du Musée des sciences et de la technologie de Shanghai, après le musée d’histoire naturelle. D’ailleurs, le musée est unique en Chine car il concentre un seul groupe de musées scientifiques et technologiques à grande échelle.

La direction du musée a mis en place un Centre de recherche astronomique et formé un comité d’experts. L’astronome de 93 ans, Ye Shuhua, a été nommé conseillère spéciale de la structure, et d’autres conseillers issus d’observatoires astronomiques et d’universités en Chine viennent étudier dans ce nouveau centre.

Ye, la première femme directrice d’observatoire de Chine à diriger l’Observatoire astronomique de Shanghai de 1981 à 1993, faisait partie des scientifiques qui ont proposé la construction d’un planétarium à Shanghai.

« C’est loin d’être suffisant pour qu’un planétarium affiche simplement quelque chose comme le soleil, la terre, la lune et les étoiles », a-t-elle déclaré à la presse. « Ce devrait être un endroit attrayant pour toutes sortes de personnes, inspirant et éclairant tout le monde. »

Le planétarium comprendra un bâtiment principal et des structures annexes, dont une tour solaire, une base d’observation et un observatoire public. La municipalité tient à faire de ce planétarium, une institution de classe mondiale, offrant des expériences muséales sans précédent, soutenues par les technologies AI, AR et VR.

L’objectif est de rapprocher les gens et l’univers. Le centre de recherche astronomique utilisera l’appareil d’observation du planétarium, la collection de météorites et d’autres ressources pour amener le public à découvrir la beauté des étoiles, de l’astronomie et de l’univers, a expliqué Wang Xiaoming, directeur du Shanghai Science and Technology Museum.

De son côté, Lin Qing, du siège de la construction du planétarium, a déclaré que le centre nouvellement fondé s’intéresserait à la recherche de pointe et aux sujets d’actualité en astronomie, tout en favorisant les échanges scientifiques mondiaux.

« La tour solaire nous aidera à rejoindre les programmes communs d’observation solaire et à travailler avec les principaux instituts pour capturer des images haute résolution du soleil et détecter l’activité solaire« , a-t-il déclaré.

Un télescope de 1 mètre de diamètre permettra la recherche sur l’astronomie dans le domaine temporel comme l’astéroïde, la supernova, le blazer et l’exo-planète. « Sur la base de notre collection de météorites, nous allons mettre en place un laboratoire de météorites, mener des recherches sur la cosmochimie et lancer des projets éducatifs sur l’identification et l’analyse des météorites », a expliqué ce dernier.