La population des travailleurs migrants en Chine a atteint 281 millions fin 2016, en hausse de 1,5% par rapport à 2015. parmi eux, certains ont décidé de rentrer dans leurs villes natales pour y ouvrir leurs propres entreprises.

« La tendance commence seulement, mais elle peut devenir populaire dans tout le pays avec des mesures d’orientation et d’encouragement appropriées« , a expliqué Han Jun, directeur du Bureau du groupe de travail central sur les travaux ruraux.

D’après ce dernier, « le nombre de travailleurs migrants qui retournent dans leurs villages d’origine pour créer leur propre entreprise en Chine a augmenté à un rythme annuel d’environ 10% au cours des cinq dernières années, et les zones rurales deviennent désormais des points forts pour les investissements« .

D’après le ministre de l’agriculture, Han Changfu, plus de 7 millions de personnes, la plupart des travailleurs migrants, ont choisi d’aller dans les zones rurales pour créer leur propre entreprise.

Avec le renforcement de l’entrepreneuriat dans les zones rurales, le commerce électronique et le tourisme commencent à porter ses fruits dans les zones rurales du pays.

Face à la demande croissante en produits agricoles de qualité et plus sûrs d’un point de vue environnement, les travailleurs migrants ont décidé de revenir dans leurs villages pour y ouvrir leur propre entreprise. A cela s’ajoute, le développement du tourisme, l’amélioration des infrastructures dans les zones rurales et l’amélioration des systèmes de distribution et de livraison grâce au développement des NTIC.

En 2016, les revenus générés par l’agriculture et le tourisme de loisirs dans les zones rurales ont atteint 570 milliards de yuans (76,3 milliards d’euros), atteint 220 milliards de yuans (29,48 milliards d’euros) pour le commerce de produits agricoles via le e-commerce.

En février, les gouvernements locaux ont été invités à mettre en place des mesures destinées à encourager les entreprises en pleine création à s’installer dans les zones rurales. Ils doivent pour cela améliorer l’environnement des entreprises et élaborer de politiques financières et fiscales préférentielles.