Les Etats-Unis ont annoncé le 3 novembre avoir approuvé la vente à Taïwan de quatre drones tueurs MQ-9 « Reaper » pour 600 millions de dollars.

Cette vente permettra à Taïwan de « moderniser ses forces armées et de conserver des capacités de défense crédibles », a précisé le département d’Etat dans un communiqué.

« Elle permettra d’améliorer les capacités de (Taïwan) à répondre aux menaces présentes et futures en lui fournissant des capacités de renseignement, surveillance et reconnaissance, de ciblage et de frappe à terre, en mer et sous l’eau », a souligné le communiqué.

Il s’agit de la troisième vente d’armes à Taïwan approuvée par l’administration du président Donald Trump, en moins de trois semaines, portant le montant total des acquisitions d’armement possibles pour Taïwan à 4,8 milliards de dollars.

Celle nouvelle transaction concerne quatre drones MQ-9B prêts à être armés, deux stations de contrôle fixe au sol et deux autres mobiles, des systèmes de ciblage, des radars et des systèmes d’imagerie destinés aux missions de reconnaissance.

Le bénéficiaire du contrat est le groupe de défense américain General Atomics.

Le ministère taïwanais des Affaires étrangères a souligné dans un communiqué l’importance des ventes d’armes américaines à Taïwan pendant le mandat de Donald Trump.

« C’est la dixième vente d’armes à Taïwan sous le président Trump et la troisième fois en en deux semaines que le gouvernement américain a fourni à notre pays des armes défensives importantes qui permettront à Taïwan de renforcer ses capacités et sa confiance dans la défense de la paix dans le détroit de Taïwan », a déclaré le ministère.

La question des ventes d’armes américaines à Taïwan est un sujet ultra-sensible en Chine, qui a promis de « sanctionner » les groupes américains Boeing Defense, Lockheed Martin et Raytheon pour des ventes d’armes annoncées précédemment.

Washington a rompu ses relations diplomatiques avec Taipei en 1979 pour reconnaître la Chine, mais les Etats-Unis ont adopté la même année une loi proclamant qu’ils devront aider Taïwan à se défendre en cas de conflit.

Depuis, Washington reste l’allié le plus puissant de l’île et son fournisseur d’armes numéro un. De son côté, la Chine menace de recourir à la force en cas de proclamation formelle d’indépendance ou d’intervention extérieure, et les Etats-Unis veulent donner à Taïwan une capacité de défense crédible face à une potentielle invasion de l’armée chinoise.