« Les pays doivent étendre la fabrication de panneaux photovoltaïques, actuellement concentrée en Chine, afin de garantir un approvisionnement sûr et d’atteindre les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre », a averti l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Fatih Birol, directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), a indiqué que les pays doivent étendre la fabrication de panneaux photovoltaïques, car elle est actuellement concentrée en Chine. Ce dernier souhaite ainsi garantir un approvisionnement sûr et d’atteindre les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Selon un rapport de l’organisation basée à Paris, le monde doit doubler sa capacité actuelle de production des « éléments constitutifs essentiels » des panneaux solaires : polysilicium, lingots, plaquettes, cellules et modules, d’ici à 2030.

La technologie photovoltaïque, qui permet de transformer l’énergie solaire en électricité, est devenue le moyen le moins cher de produire de l’énergie dans de nombreuses régions du monde, en partie grâce aux investissements chinois.

La Chine hébergeait, en 2021, 79% de la capacité de production de polysilicium, matière première pour la fabrication des modules photovoltaïques, a indiqué l’AIE. Dans le détail, la région autonome du Xinjiang a abrité 42% de ces capacités, dont la plus grande usine du pays, qui représente à elle seule 14% de la capacité mondiale.

« Ce niveau de concentration dans toute chaîne d’approvisionnement mondiale représenterait une vulnérabilité considérable », a déclaré à l’agence de presse Reuters Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE. Selon le rapport, la Chine produira bientôt près de 95% du polysilicium mondial.

« S’il y a un incendie ou une catastrophe naturelle, cela peut avoir des implications pour la transition vers une énergie propre au niveau mondial en termes de flambée des prix et même de disponibilité de l’énergie solaire photovoltaïque », a-t-il déclaré.

L’Union Européenne cherche à réduire sa dépendance à l’égard des importations de gaz russe. Elle avoir la capacité de fabriquer ces pièces en émettant moins de carbone, grâce à la part importante du nucléaire et des renouvelables dans son mix énergétique, mais seule la Suède a actuellement des prix de l’énergie pour l’industrie suffisamment bas pour le faire de manière compétitive, a estimé l’AIE.