Accords de coopération scellés entre Pékin et la Polynésie française

par | Juin 4, 2015 | Environnement, MONDE

Le président polynésien, Edouard Fritch, et le président de HNA (Hainan Airlines), Zhang Ling, ont signé, mardi 2 juin, à Beijing, un accord de coopération stratégique, permettant au groupe HNA de participer au développement touristique du fenua, à travers l’ouverture de lignes directes depuis la Chine.

Ligne aérienne directe entre la Chine et la Polynésie

Le président polynésien Edouard Fritch (à gauche) et le président de HNA (Hainan Airlines), Zhang Ling, ont signé un accord de coopération stratégique permettant à la HNA de participer au développement touristique du fenua, notamment à travers l’ouverture de lignes directes depuis la Chine.

HNA contribue au développement du tourisme polynésien

Le groupe HNA possède plusieurs compagnies aériennes, dont la flotte totalise 500 mais surtout la capacité financière d’investir dans certains hôtels polynésiens et de réaliser des projets de structures hôtelières et touristiques en Polynésie française, notamment sur le domaine de Atimaono.

De plus, la Polynésie compte  sur l’activité de croisière du groupe HNA, avec un paquebot devant être basé à Papeete pour effectuer des croisières dans les archipels polynésiens. Selon les termes de l’accord de coopération stratégique, Hainan Airlines, quatrième compagnie aérienne la plus importante de Chine, et première compagnie aérienne privée du pays, s’engage à créer en Polynésie une société de droit local.

Le volet social comprend la recherche et les actions liées à la construction ou au développement des projets touristiques, les constructions et gestions des hébergements touristiques, les constructions et gestions de lieux de divertissement, de centres commerciaux, les activités de croisière ou encore agence de voyages. Point d’orgue de cet accord, le groupe HNA s’engage à recruter majoritairement des Polynésiens dans les diverses entreprises touristiques qui seront mises en place.

300.000 touristes attendus d’ici 2020

Selon les deux parties, la présence d’Hainan Airlines en Polynésie française devrait permettre d’accroitre le tourisme chinois dans la région, notamment avec l’ouverture de lignes depuis Pékin, Shanghai et, prochainement Hong Kong.

Les autorités polynésiennes ont fixé à 300.000, le nombre de touriste sur la période 2018-2020. Un chiffre qui pourrait être rapidement atteint avec les huit vols charters vers Tahiti déjà programmés d’ici la fin de l’année, par le biais de Caissa, la société de HNA spécialisée dans les charters.

En 2014, 110 millions de Chinois ont voyagé à l’étranger, avec un total en croissance de plus de 20%. Les chiffres de 2015 devraient confirmer cette tendance, d’autant que le phénomène s’est amplifié avec une hausse de plus de 38% de voyageurs vers l’étranger sur la période janvier à avril de cette année. Les prévisions, pour la totalité de l’année 2015, seraient de plus de 150 millions de Chinois prenant l’avion pour se rendre hors de Chine.

Pour les polynésiens, capter 1% de cette clientèle représentait un nombre considérable de visiteurs, mais surtout une manne économique importante, nécessitant tout de même une offre hôtelière à étoffer.

Tahiti et ses îles sont « la destination soleil préférée des Chinois », d’après Li Jiaxiang, dirigeant de l’Aviation civile chinoise. Ce dernier a cependant indiqué qu’il convient « néanmoins d’assurer une véritable promotion de la destination en Chine, afin de la faire connaître encore mieux, et ce au plus grand nombre ». En effet, pour le moment, la visibilité de la Chine en Polynésie française est limitée, celle-ci devrait rapidement changer avec la politique de coopération économique et politique entre les deux parties.

Renforcement du partenariat sino-polynésien

Edouard Fritch pr polynésie et Li Yuanchao vp chine

Le président Edouard Fritch et la délégation de Polynésie française ont été reçus, le 2 juin à Beijing par le vice-président de la République populaire de Chine, Li Yuanchao.

En visite en Chine, le président de la Polynésie française, Edouard Fritch a rencontré le vice-président chinois, Li Yuanchao, mardi 2 juin à Beijing, sur invitation de l’Association du Peuple chinois pour l’Amitié avec l’Étranger.

Lors de cette rencontre, le vice-président chinois a salué « l’amitié traditionnelle entre les deux parties », ajoutant que « la coopération entre la Chine et la Polynésie constituait un élément important du nouveau type de partenariat stratégique global sino-français ». « La Chine espère maintenir un contact étroit avec la Polynésie française et renforcer la coopération dans les domaines tels que l’investissement, le tourisme et la culture », a précisé Li Yuanchao.

De son côté, Edouard Fritch a fait référence à la « Route de la soie« , stratégie politique lancée par Pékin depuis l’an dernier. Ce dernier a indiqué que la Polynésie peut tirer avantage de sa situation géographique, sur les routes, maritimes ou aériennes, entre la Chine et les pays d’Amérique du Sud.

« Cent cinquante ans après l’arrivée des premiers Chinois en Polynésie, en 1865, des investisseurs chinois peuvent de nouveau jouer un rôle important dans le développement de nos îles« , a indiqué, pour sa part, le Président Fritch. Face aux déclarations de ce dernier, le vice-président Li Yuanchao a tenu à ajouter qu’ »aux yeux de la Chine, il n’y avait pas de petit pays et que tout partenariat initié méritait d’être amplifié. »

Edouard Fritch s’est également entretenu avec la présidente de l’APCAE, Li Xiaolin, déjà venue en visite officielle en Polynésie française en octobre 2013, pour échanger sur la coopération touristique et économique entre les deux parties. Cette dernière s’est réjouit du développement des relations entre la Polynésie et la Chine, avec notamment la mise en place d’une ligne aérienne directe entre Pékin et Tahiti.

Partenariat écologique

Au terme de sa rencontre avec la présidence de l’APCAE (Association du peuple chinois pour l’amitié avec l’étranger), l’entrepreneur Wang Cheng a tenu à montrer son intérêt pour la préservation de l’environnement, sujet majeur pour la Polynésie française, en remettant au président polynésien un bus électrique. Disposant d’une vingtaine de sièges et d’une autonomie d’environ 200 km, ce bus est totalement silencieux.

Le Président polynésien Edouard Fritch a visité l’usine Suntech, spécialisée dans l’énergie solaire. Ce dernier a salué « l’engagement de cette société qui s’investit dans les énergies renouvelables » assurant que « l’initiative est pleinement partagé par la Polynésie française ».

En vue de la Conférence mondiale sur le Climat à Paris en décembre 2015, la société chinoise Shunfeng Green energy et la Polynésie française ont signé un « mémorandum de coopération stratégique sur l’énergie propre en faible consommation carbonique ». Celui-ci porte sur la préservation de l’environnement, la volonté de réduire les émissions de Carbone, et le développement de l’économie verte. L’objectif à terme est de réaliser un plan stratégique d’énergies renouvelables entre les deux parties.

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :