En visite à Tokyo, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a fait part de son opposition au programme nucléaire de Pyongyang, après un nouveau tir de missile balistique par la Corée du Nord.

Le missile nord-coréen a été tiré à l’aube de ce mercredi 24 août par la Corée du Nord, depuis un sous-marin, l’engin a volé sur une distance d’environ 500 km, soit bien plus que lors de précédents essais terrestres.

Il s’agit de la 1ère fois qu’un missile lancé par Pyongyang depuis un sous-marin est entré dans la zone d’identification de défense aérienne de notre pays, a déclaré Shinzo Abe, selon la chaîne publique NHK.

« Nous avons discuté des derniers développements sur la péninsule coréenne. La Chine est opposée au développement nucléaire nord-coréen et à toute action qui pourrait provoquer des tensions« , a indiqué Wang Yi, lors d’un point presse, après des discussions avec ses homologues japonais et sud-coréen.

Ce dernier a réitéré sa position, assurant être « opposée à toute action qui violerait la résolution 2270 du Conseil de sécurité de l’ONU« . Cette résolution a été adoptée le 2 mars 2016 à l’unanimité par les Nations Unies, après des négociations tendues entre Washington et Beijing. Ce texte a alourdi les sanctions internationales contre la Corée du Nord, bien que sa mise en œuvre dépende en grande partie de la Chine, principal partenaire commercial de Pyongyang.

De plus, lors de leur rencontre à Tokyo, les ministres des affaires étrangères de la Corée du Sud, de la Chine et du Japon se sont engagés ce mercredi à « mener les efforts déployés par les pays du monde entier, face aux provocations balistiques à répétition de la Corée du Nord », selon l’agence de presse Yonhap.

A la suite de cette première réunion tripartite, depuis mars 2015 à Séoul, le ministre des Affaires étrangères Yun Byung-se et ses homologues japonais Fumio Kishida et chinois Wang Yi ont indiqué aux journalistes qu’ils mèneront « la réponse internationale, dont les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) contre les provocations continues de la Corée du Nord. Ils se sont également accordés à dire que le dernier tir de missile du Nord est une provocation qui ne peut être tolérée », précise l’agence japonaise.