Les explosions qui ont eu lieu à Liuzhou, mercredi et jeudi 1er octobre, mettent en évidence les facilités avec lesquelles il est possible de se procurer des explosifs dans le pays. Pour Reuters, les derniers attentats révèlent les lacunes des services de sécurité.

Pan Zhiping, expert de la sécurité intérieure à l’Académie des sciences sociales du Xinjiang, a expliqué à Reuters, que « la société chinoise moderne a beaucoup de contradictions, et si les gens veulent envoyer un message à propos de leur colère, ils peuvent obtenir des explosifs dans les mines » et ainsi se faire entendre. En effet, n’importe qui peut se procurer des explosifs dans les industries minières et de feux d’artifice.

Ces dernières années, la Chine a connu des attentats à la bombe visant des marchés et des gares ferroviaires. Plusieurs personnes mécontentes ont déjà provoqué des explosions dans des bâtiments officiels ou des lieux publics, pour se venger des injustices dont ils s’estimaient victimes.

Les inégalités dans le pays ne cesse de se creuser, provoquant souvent la colère de citoyen, qui après avoir tenté les pétitions pour certains, n’hésitent plus à se faire entendre ou rendre justice par les armes.

Attentat à Liuzhou dans le Guangxi

Attentat à Liuzhou dans le Guangxi

Pour cet expert, la police ne peut tout simplement pas « garder un oeil sur tout le monde ». Mais la facilité avec laquelle les explosifs pose de sérieux problèmes. De son côté, Jian Zhang, professeur en études internationales et politiques à l’UNSW à Canberra (Australie) a expliqué que le problème de sécurité publique « reflète un manque de contrôle efficace par le gouvernement pour restreindre l’accès à ces marchandises dangereuses ».  

La police a déclaré le 2 octobre que le suspect dans les attentats à Liuzhou, dans la province du Guangxi, se nommait Wei Yinyong, 33 ans. Ce dernier aurait été impliqué dans un conflit de voisinage, selon l’agence de presse Xinhua.

Des hypothèses circulent sur internet assurant que Wei Yinyong, décédé dans l’une des explosions, aurait eu un différend sur un traitement médical. Il s’agit là d’une des causes de plusieurs incidents violents au cours de ces dernières années.

Entre la corruption dans le corps médical, les expropriations, ou encore les licenciements abusifs, la colère de la population ne cesse de croitre ces dernières années. Le ralentissement économique du pays ne va pas apaiser les tensions.