Hong Kong a mis fin ce 25 janvier matin au confinement d’un quartier, le premier ordonné par les autorités depuis le début de la pandémie de Covid-19.

A cette occasion, les autorités sanitaires ont pu recenser 13 cas de Covid-19 sur les 7.000 habitants testés, créant un vif débat sur l’efficacité d’une telle mesure.

Au cours du week-end des 23 et 24 janvier, la police a été déployée afin de boucler environ 150 immeubles du quartier de Jordan, l’un des plus pauvres et densément peuplé de Hong Kong, où des foyers épidémiques de Covid-19 sont récemment apparus.

Des fonctionnaires ont effectué du porte-à-porte pour contraindre les habitants à se faire dépister du Covid-19. Sur les quelque 7.000 tests effectués, seuls 0,17% ont été positifs au nouveau coronavirus, Covid-19.

Certains responsables politiques et économiques ont dénoncé la manière dont ce confinement a été mis en œuvre. Mais les autorités ont justifié son ampleur et n’ont d’ailleurs pas exclu d’autres confinements de ce type dans les jours à venir.

« Nous ne considérons pas cette opération comme un gaspillage de main-d’oeuvre et d’argent », a déclaré la ministre de la Santé, Sophia Chan, lors d’un point presse. Hong Kong a été en première ligne lorsque les premiers cas de Covid-19 ont été détectés dans la province du Hubei, en décembre 2019.

Hong Kong a totalisé depuis le début de la pandémie de Covid-19 un peu plus de 10.000 cas et 170 décès ont été formellement attribués au Covid-19.

Les 7,5 millions d’habitants vivent depuis un an au rythme de restrictions plus ou moins fortes qui se sont avérées efficaces pour empêcher une flambée des cas de Covid-19 mais qui pèsent lourdement sur l’économie.

Depuis novembre 2020, Hong Kong est frappé par une quatrième vague d’infections de Covid-19, obligeant les autorités à introduire de nouvelles restrictions.

Ces dernières semaines, des foyers épidémiques de Covid-19 sont apparus dans des quartiers défavorisés où les logements sont parmi les plus exigus de la planète.

David Hui, expert en maladies infectieuses, a plaidé pour ce type de bouclage de quartier. Le conseiller du gouvernement a cependant exhorté les autorités à agir plus rapidement à l’avenir, afin d’empêcher les habitants de fuir avant l’entrée en vigueur des mesures.

« Le plus inquiétant est de savoir que le virus pourrait se propager à l’extérieur, car certains habitants sont partis quand ils ont appris qu’un confinement de leur quartier allait être mis en place », a-t-il affirmé.

En effet, l’annone d’un confinement avait fuité le 22 janvier dans les médias hongkongais et des habitants avaient quitté le quartier avant l’arrivée de la police vendredi soir.

Benjamin Cowling, épidémiologiste à l’université de Hong Kong, a estimé sur la chaîne RTHK que le confinement de certains quartiers a un effet limité, car le Covid-19 est présent sur tout le territoire.