mardi, juillet 16

La Chine exhorte les Etats-Unis à lever leurs sanctions contre de ses entreprises

Les États-Unis ont interdit les importations de trois entreprises chinoises en raison de liens avec le travail forcé dans la région autonome du Xinjiang. Cette décision a provoqué la colère de la Chine, qui dénonce des sanctions illégales.

Le gouvernement américain a ciblé les entreprises impliquées dans la fabrication de produits de la mer, d’aluminium et de chaussures, en invoquant leurs liens avec des programmes de travail touchant les minorités ethniques de Chine, selon The New York Times.

Trois entreprises visées

Le ministère de la Sécurité intérieure a indiqué que trois entreprises chinoises étaient désormais placé sur une liste d’entreprises dont les produits ne peuvent plus être exportés vers les États-Unis.

Parmi les entreprises figurent un transformateur de fruits de mer, Shandong Meijia Group, qui a été l’objet d’une enquête menée par Outlaw Ocean Project et a été identifié comme une entreprise employant des travailleurs amenés dans l’est de la Chine depuis le Xinjiang.

Une autre entreprise, Xinjiang Shenhuo Coal and Electricity, est un transformateur d’aluminium dont le métal peut être trouvé dans les voitures, l’électronique grand public et d’autres produits, a déclaré un responsable américain.

La troisième, Dongguan Oasis Shoes, a amené des Ouïghours et des personnes appartenant à d’autres ethnies persécutés dans son usine de chaussures du Guangdong, a indiqué le gouvernement américain.

Désormais 68 entreprises figurent sur la liste des entités qui, selon le gouvernement américain, participent à des programmes de travail forcé. Cité par The New York Times, Robert Silvers, sous-secrétaire au ministère de la Sécurité intérieure et président d’un comité supervisant la liste, a déclaré que le gouvernement accélérait le rythme des ajouts à la liste et que le public devait s’attendre à ce que cela continue.

Les États-Unis ont mis en vigueur en 2022 la loi sur la prévention du travail forcé ouïghour pour interdire les importations réalisées en tout ou en partie au Xinjiang.

La Chine condamne

« La Chine condamne vigoureusement la fabrication et la diffusion par les Etats-Unis de désinformation sur le Xinjiang, et s’y oppose fermement, les exhortant à lever leurs sanctions illégales et unilatérales à l’encontre des entreprises chinoises », a déclaré Lin Jian, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

« Nous avons cité à maintes reprises une multitude de chiffres et de faits pour réfuter les récits sans fondement de ‘travail forcé’ et de ‘génocide' », a déclaré Lin Jian, ajoutant que « ces récits étaient des mensonges concoctés par un petit nombre d’individus hostiles à la Chine pour perturber le Xinjiang, salir la Chine et entraver le développement chinois ».

La Chine dénonce les lois américaines relatives au Xinjiang et l’ajout d’entreprises chinoises aux listes noires. Pour Lin Jian, ces accusations sont « fondées sur des mensonges, constituant une ingérence grave dans les affaires intérieures de la Chine, perturbant l’ordre normal du marché, et violant grossièrement les règles du commerce international et les normes fondamentales régissant les relations internationales ».

« Nous exhortons les Etats-Unis à cesser immédiatement de dénigrer la Chine, à annuler leurs sanctions unilatérales illégales à l’encontre des entreprises chinoises, et à cesser de s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine et de saper ses intérêts sous le couvert des droits de l’homme », a poursuivi le porte-parole.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *