Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo et le chef de la commission des Affaires étrangères du Parti Communiste Chinois, Yang Jiechi, se sont rencontrés lors d’une réunion à huis clos à Hawaï le 17 juin dernier. Ils ont évoqué les ventes d’armes américaines à Taïwan, suscitant la colère de Beijing.

Lors d’une interview accordée à Salem Radio Network, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a révélé que durant sa rencontre avec Yang Jiechi, le responsable chinois a protesté contre plusieurs dossiers militaires, dont notamment la vente de chasseurs F-16 à Taïwan et le passage de navires américains dans les eaux indo-pacifiques.

Mike Pompeo a précisé qu’il avait réitéré devant le dirigeant chinois que la vente d’armement était tout à fait appropriée et cohérente avec la politique taïwanaise des administrations américaines précédentes.

Le Département d’État américain avait approuvé une vente de 66 chasseurs F-16 à Taïwan en août 2019, pour une somme totale de 8 milliards de dollars (7,2 mds €), dont la livraison devrait s’étaler jusqu’en 2026. Par ailleurs, le Département a annoncé une autre vente de 18 torpilles MK-48 AT le 20 mai dernier, le jour de l’investiture de Tsai Ing-wen.

Depuis quelques mois, les responsables chinois ont haussé le ton. Fin mai 2020, le porte-parole du ministère chinois de la Défense, Wu Qian, a expliqué que la Chine faisait « face à des menaces de sécurité accrues », notamment à cause du PDP taïwanais.

« Les responsables du Parti démocrate progressiste à Taipei s’appuient sur des forces extérieures et vont plus loin sur la voie du séparatisme », a indiqué le dirigeant chinois lors d’un point presse sur la hausse de 6,6% du budget du ministère chinois de la Défense.

Ce dernier a fait implicitement référence aux États-Unis, lesquelles envoient régulièrement des navires naviguer dans le détroit de Formose, dans le cadre des opérations dites FONOP pour défendre la liberté de navigation, et apportent un soutien militaire à Taïwan via des ventes d’armes.

Pour le porte-parole du ministère chinois de la Défense, ces contrats d’armement sont « extrêmement mauvais et très dangereux ». Ce dernier a indiqué que « nous devons faire des calculs économiques tout en considérant les dépenses militaires. Toute tentative du PDP taïwanais d’obtenir l’indépendance par la force finira dans la honte ».

La Chine « s’opposera résolument et découragera toute activité séparatiste visant à l’indépendance de Taïwan » et « nous encouragerons les habitants de l’île à se joindre à nous pour s’opposer à l’indépendance de Taïwan et promouvoir la réunification de la Chine », avait d’ailleurs réaffirmé le Premier ministre chinois, Li Keqiang.