Le fonds d’investissement gouvernemental hongkongais Tracker Fund of Hong Kong (TraHK) a annoncé qu’il ne réaliserait aucun nouvel investissement dans les entreprises chinoises, inscrites sur la liste noire des Etats-Unis.

Cette annonce illustre la façon dont les tensions entre la Chine et les Etats-Unis compliquent le monde des affaires à Hong Kong, qui a longtemps été la porte d’entrée de la Chine vers les marchés internationaux.

En novembre, l’administration du président américain sortant Donald Trump a interdit aux américains d’investir dans des entreprises chinoises considérées comme fournissant ou soutenant l’armée chinoise.

Lire aussiDonald Trump a renforcé son décret contre les entreprises chinoises

Le 11 janvier, le fonds d’investissement hongkongais (TraHK) – qui possède quelque 14 milliards de dollars (11,50 milliards d’euros) d’actifs – a indiqué qu’il se conformerait à cette interdiction.

«A la lumière de ce décret, TraHK ne fera, à compter du 11 janvier 2021 aucun nouvel investissement dans une des entités faisant l’objet de sanctions», selon un communiqué de ce fonds.