L’autorité centrale d’audit s’inquiète de l’augmentation des créances douteuses dans les petites banques du pays, obligeant Beijing à continuer de renflouer les prêteurs en difficulté ou permettant à certaines banques de faire faillite.

D’après le quotidien Financial Times, l’autorité centrale a déclaré que fin 2018, certaines banques de la province du Henan ont enregistré 40% de leurs prêts en tant que créances douteuses.

Selon le rapport de l’autorité d’audit, plus de la moitié des 42 banques avec des ratios de prêts improductifs (NPL), « ont franchi la ligne d’avertissement« , 12 avaient des taux supérieurs à 20% et « quelques-unes » dépassaient les 40%.

De nombreuses grandes banques sont parvenues à contrôle leurs créances improductives, mais les banques commerciales des villes et les institutions financières rurales.

Ces dernières représentent plus du quart des avoirs bancaires totaux du pays, ont continué à enregistrer des taux plus élevés de prêts dégagés au fur et à mesure que la croissance économique ralentissait.