L’Éthiopie devrait lancer en octobre 2020 son second satellite dans l’espace, construit par la Chine et à partir de ses infrastructures.

Ce satellite, baptisé AT-SMART-RSS, devrait servir à l’observation de la Terre. L’engin est développé, assemblé et testé par la Chine, via la société Smart Satellite Technology et l’organisme spatial éthiopien ESSTI. Il sera lancé depuis la Chine au cours du mois d’octobre 2020.

Ce nouvel équipement spatial devrait être propulsé dans les airs depuis le centre de lancement spatial de Wenchang, dans la province chinoise d’Hainan (sud de la Chine). Outre l’observation de la Terre, il collectera de données météorologiques, contribuant ainsi à la stratégie nationale de lutte contre la sécheresse, les conditions météorologiques extrêmes et le changement climatique.

Le satellite est en réalité un nanosatellite 6U à haute résolution de 8,9 kg. D’un montant de 1,5 million de dollars (1,35 M€), l’engin a été financé par la Chine, et sa société Smart Satellite Technology.

Pour le gouvernement éthiopien, le AT-SMART-RSS marque la continuité de l’engagement pris en 2016 par la Chine d’aider l’Éthiopie dans le domaine spatial. Le développement de cet engin a d’ailleurs été possible, grâce à un accord de codéveloppement signé le 23 août 2019 au Beijing Sun Valley Industrial Park, en Chine, par l’Institut éthiopien des sciences et technologies spatiales (ESSTI) et la société chinoise Smart Satellite Technology.

AT-SMART-RSS vient après ETRSS-1, le premier satellite éthiopien développé par China Academy of Space Technology en collaboration avec 21 techniciens éthiopiens, formés sur le projet.

Il a été lancé depuis la Chine dans l’espace en décembre 2019 à bord d’une fusée chinoise Long March 4B. D’un poids de 70 kg, ETRSS-1, satellite de télédétection multispectrale d’une valeur d’environ 6 millions de dollars (5,4 M€), avait été financé à 75% par la Chine.