La nouvelle ambassadrice de Chine à Madagascar, Yang Xiaorong, est officiellement entrée en fonction ce vendredi 8 avril. A cette occasion, la diplomate a mit en avant la hausse des investissements chinois dans l’île et les perspectives de la coopération bilatérale.

668 millions de dollars d’échanges

Depuis l’établissement des relations diplomatiques en 1972, la coopération sino-malgache ne cesse de croître, d’ailleurs cette « coopération amicale et mutuellement avantageuse entre les deux pays a connu un développement rapide » a précisé Yang Xiaorong. « En 2015, les échanges commerciaux entre Madagascar et la Chine ont atteint une valeur de 668 millions USD. Soit, une augmentation de 35 fois par rapport au volume enregistré en 1990 », a indiqué l’ambassadrice lors de son allocution.

L'ambassadrice Yang Xiaorong et le président Hery Rajaonarimampianina

L’ambassadrice Yang Xiaorong et le président Hery Rajaonarimampianina

« Aujourd’hui le nombre d’entreprises chinoises venues investir à Madagascar s’élève à plus de 1’400, dont le montant d’investissement est de l’ordre de 739 millions de dollars », a indiqué Yang Xiaorong dans son discours.

Les secteurs attractifs pour l’Empire du milieu sont le commerce, la santé, l’hôtellerie, la télécommunication, les investissements miniers, le génie civil, et les services, qui attirent davantage d’opérateurs chinois d’année en année. Ces domaines entrent dans la nouvelle politique économique du pays, qui se recentrer sur la consommation et les investissements.

Raison pour laquelle, Yang Xiaorong souhaite « engager une coopération pragmatique avec le pays dans différents domaines, et ce, avec l’amitié sincère, le respect mutuel et dans l’esprit d’égalité et d’avantages réciproques », d’après le site Midi-Madagasikara.

L’un des secteurs clés, le tourisme. Il est l’une des principales opportunités pour la Grande Ile qui devient peu à peu une destination privilégiée par les touristes chinois. Ces derniers seraient attirés par « l’Allée de baobabs » à Morondava, le Tsingy de Bemaraha et le parc national d’Andasibe où abritent des lémuriens, a précisé l’ambassadrice. A l’instar de ses consœurs mauricienne et réunionnaise, Madagascar pourrait miser ses prochains gros investissements dans le développement du tourisme de luxe, grâce à sa faune et sa flore.

Beijing « reconstruit » Mada

« La Chine participe activement à la construction de Madagascar et à l’amélioration de la vie du peuple malgache. Les aides et les investissements chinois couvrent de nombreux domaines tels que les infrastructures, l’industrie, l’agriculture, le sport, l’éducation et la santé publique » a expliqué la nouvelle ambassadrice. Cette dernière a tenu à évoquer la construction par son pays de plusieurs infrastructures tels que le Palais national des sports et de la culture à Mahamasina et le Centre de conférence international d’Ivato.

Allée des Baobabs

Allée des Baobabs

Ces derniers représentent des « symboles qui traduisent le lien d’amitié entre les deux pays« , note l’Express de Madagascar, ajoutant que le quartier de Behoririka est devenu en quelques années un véritable Chinatown en pleine centre ville d’Antananarivo.

Sans oublier,  le centre hospitalier universitaire d’Anosiala désormais ouvert au public, la réhabilitation de la route d’Ampitabe à Vatomandry, la construction d’écoles publiques primaires en milieu rural et du centre de prévention de lutte contre le paludisme et le forage des puits.

A contrario, de nombreux malgaches se rendent en Chine pour y faire du shopping, « Guangzhou et Shenzen sont, entre autres, les deux villes chinoises que les entrepreneurs malgaches visitent le plus », a-t-elle souligné. D’autant qu’à Behoririka, Soarano, Analakely, les produits Made In China se vendent en masse.

Maintenir et conforter la coopération

L’ambassadrice Yang Xiaorong a confirmé que la Chine continuera à renforcer sa coopération avec Madagascar dans les domaines des infrastructures, de l’industrialisation, de la modernisation de l’agriculture, de l’éducation et de la prévention et l’atténuation des catastrophes naturels.

« Le Président Chinois Xi Jingping a déjà proclamé la mise en œuvre de dix programmes de coopération avec l’Afrique dans ces domaines, lors du Sommet du Forum sur la coopération sino-africaine tenue à Johannesburg l’an dernier« , a-t-elle indiqué.

De son côté, la ministre des affaires étrangères, Béatrice Atallah, a déclaré que la Chine arrive à « un moment crucial de la vie politique de Madagascar. Cette année, le pays sera au cœur de l’agenda internationale en accueillant deux évènements internationaux d’envergure« , le Sommet du Comesa et le Sommet de la Francophonie, les 26 et 27 novembre 2016

« La Chine étant un partenaire actif, je compte sur son soutien indéfectible. J’espère de surcroît trouver en votre pays, l’ami qu’il a toujours été et un partenaire pour le succès de la tenue » de ces évènements, a espéré la ministre malgache.

Pour conclure son allocution, Béatrice Atallah a indiqué que « les relations d’amitié et de compréhension mutuelle qui unissent la République de Madagascar et la République populaire de Chine ont déjà parcouru un long chemin. Notre coopération, tissée au fil du temps, est forte de 40 années d’échanges positifs, riches par leur contenu et par leur diversité« . Malgré les tensions existantes entre les patrons chinois et leurs salariés malgaches.

Symbole de l’animosité, l’affaire Sucoma. Pendant plusieurs mois, des ouvriers malgaches ont fait grève pour l’octroie de contrats de travail pour les saisonniers et des augmentations de salaire. Le dossier sur toujours sur le bureau de l’ambassadrice, les patrons ont demandé des indemnités au gouvernement malgache, qui se penche toujours sur le contrat de la société.